Brandon Mechele ne tirait aucune vanité d’un partage qui n’ajoute rien au prestige du Club.

En égalisant in extremis, le Club Bruges a échappé à un blâme sévère, le premier, peut-être, au terme de ses neuf premières rencontres européennes de la saison.

Ses joueurs étaient conscients d’avoir frôlé une quasi élimination. "Ce but tardif de Diatta recèle, pour nous, un goût de victoire, avouait Brandon Mechele. Cela dit, nous aurions pu faire beaucoup mieux, même si nous n’étions pas dans un grand soir. Galatasaray a inscrit un but malheureux car nous n’étions pas mauvais en début de match. Nous sommes toujours bien placés pour rester européens même si la qualification pour l’Europa League était accessible dès ce soir. C’est le principal."

Étonnamment discret en seconde période, Hans Vanaken partageait la même opinion générale que son défenseur : "Galatasaray a fait mouche sur, pratiquement, la seule occasion qu’il s’est ménagée. En seconde période, nous avons poussé tant et plus et nous nous sommes créé plusieurs occasions franches. Nous aurions pu - nous aurions dû - remporter ce match. On nous avait dépeint une ambiance effroyable. Celle-ci ne nous a pas impressionnés."

L’absence de Vormer a-t-elle pesé sur la rencontre, notamment sur les phases arrêtées : "Ruud est le moteur de l’équipe mais nous avons disputé deux bons matchs sans lui. C’est un enseignement positif."

Dans l’ensemble, les supporters du Club n’ont pas spécialement goûté la prestation turque de leur équipe. Sur les réseaux sociaux, ils se sont insurgés contre la bêtise de Diatta et de Mata, justement expulsés l’un pour avoir sottement retiré son maillot et l’autre pour avoir propulsé le ballon loin de l’aire de jeu. Que leur est-il donc passé par la tête ? Leur geste est inadmissible. Ils sont bien punis : ils n’auront, ni l’un ni l’autre, le privilège d’affronter le Real Madrid pour la seconde fois.