Massimo Bruno ne voulait que des grands afin d’engranger un maximum d’expérience, mais la main de Luis Figo en aura décidé autrement. "On n’a pas de géants dans notre poule, mais certains duels risquent d’être costauds", observe l’ailier belge. "À première vue, le groupe est abordable et on devrait être capable de faire plus que de la figuration."

Il n’était pas du déplacement à Athènes, mais est confiant. "Nous voulons rester en Europe après la trêve de janvier. Le premier match permettra de se jauger." Il se jouera contre Benfica l’un des deux candidats à la qualification. "Je les ai vus en finale de l’ Europa League et en un mot : fort ! On ne présente plus le PSG et nous connaissons le jeu de l’Olympiacos."

La mentalité sera importante et Anderlecht ne devra pas trop respecter ses adversaires. "Il faudra partir avec de bonnes intentions et ne pas penser qu’on va finir dernier. D’un autre côté, ce serait une belle erreur de sous-estimer nos adversaires."

Si, en Pro League, Anderlecht peut se permettre d’encaisser deux buts car il en marquera plus que son adversaire, il n’en sera pas de même en C1. "On connaît la différence de niveau. Le rythme sera différent et ce sera à nous de nous adapter au plus vite."

Une once de tristesse toute de même dans le chef du jeune Belge : il ne jouera pas la Juventus. "C’est dommage de ne pas être tombé dans le groupe de Turin et du Real mais bon, nos objectifs auraient été différents. À l’annonce, on a senti une motivation supplémentaire au sein de l’équipe. On s’est dit : c’est possible."