Ferland Mendy a mérité son trophée d'homme du match. Le latéral gauche a offert une précieuse victoire aux siens en trouvant la faille du bloc italien à cinq minutes de la fin. Il avait déjà été décisif en provoquant l'exclusion de Remo Freuler après un quart d'heure.
 Une exclusion sévère pour une intervention certes fautive mais qui ne valait pas le carton rouge car le Suisse n'était pas dernier homme. Il était couvert par un coéquipier. De quoi engendrer l'ire de Gian Piero Gasperini.

"Il y a de l'amertume de ne pas avoir pu jouer le match attendu. De cette façon, ça a été gâché. On a dû défendre, on l'a bien fait, c'est dommage le but en fin de match mais c'est comme ça. 0-0 aurait sûrement été un bon résultat vu la façon dont s'est déroulé le match. Mais le match a clairement été gâché par un épisode excessif. Je ne vais rien dire car l'UEFA va me suspendre, mais ceci est un suicide pour le football. On ne peut pas avoir des arbitres qui ne distinguent pas une faute d'un contact. S'ils ne comprennent pas ça, qu'ils fassent un autre métier, il n'y a pas besoin d'être ingénieur à la Nasa pour comprendre ça."

L'entraîneur de l'Atalanta n'est pas le premier à se plaindre d'un arbitrage qui favoriserait le Real en Ligue des Champions. Retour sur les polémiques qui ont agité les rencontres du Real dans la plus prestigieuse des compétitions européennes dans un passé pas si lointain.

Real - Atlético, finale, 28 mai 2016 : "Nous avons réalisé à la pause qu'il y avait hors-jeu"

La revanche de 2014. Les deux clubs de la ville de Madrid se disputent la Ligue des Champions. La Casa Blanca finit par l'emporter aux tirs au but et non pas aux prolongations comme en 2014. Les années passent mais les acteurs restent les mêmes.

Après avoir sauvé ses coéquipiers en 2014 à la dernière seconde en égalisant, Sergio Ramos ouvre cette fois-ci le score après un coup franc de Kroos dévié de la tête par Bale. Le défenseur était hors-jeu mais le Var n'existait pas encore à l'époque.

Mark Clattenburg, l'arbitre de la rencontre, admet son erreur en mai dernier dans le Daily Mail. "Dans cette finale, le Real est rentré aux vestiaires avec un avantage d'un but en première mi-temps mais il y avait légèrement hors-jeu. Nous l'avons réalisé à la pause. Ce fut une action difficile et mon assistant a échoué." De quoi calmer Pepe après sa faute qui provoquera le penalty de l'égalisation. "Il était furieux et il m'a dit dans un anglais parfait : ''Ce n'est jamais un penalty", je lui ai répondu : ''Ton premier but n'aurait pas dû être accordé'' et il s'est arrêté." Des révélations qui passent mal auprès des Colchoneros.

Real - Bayern, quart de finale retour, 18 avril 2017 : "La performance de l'arbitre a été moins bonne que la nôtre"

Alors que les "Madridistas" se réjouissent que leur équipe ait été cherché la victoire à Munich lors de la manche aller (1-2), ils sont cueillis à froid au retour par des Allemands qui arrachent la prolongation. En plein suspense, Arturo Vidal se fait exclure injustement avant la prolongation (84e). Casemiro bénéficie d'une sanction plus clémente alors qu'il méritait de rejoindre le Chilien au vestiaire.

Comble de cette soirée qui s'est transformée en l'espace de quelques minutes d'un rêve au cauchemar, Ronaldo est hors-jeu sur son deuxième but (104e) en début de prolongations qui constitue un tournant dans la partie. Carlo Ancelotti pestera sur la prestation de Viktor Kassai.

"La performance de l'arbitre a été moins bonne que la nôtre, a déploré l'Italien. On n'était pas loin de la demi-finale mais nous avons été pénalisés par des décisions de l'arbitre. Je sais que dans le football, ça peut arriver, mais pas une série d'erreurs comme ça. Le 2e et 3e but sont clairement hors-jeu.Quand Vidal reçoit son deuxième avertissement, il touche la balle. J'espère que dans l'avenir, la vidéo pourra aider l'arbitre. Ce n'est pas possible de voir des erreurs comme ça en quarts de finale de Ligue des champions."

Real - Juventus , quart de finale retour, 11 avril 2018 : "Il faut des gens qui ont les compétences nécessaires"

L'impensable se produit. Les Italiens s'étaient liquéfiés chez eux à l'aller en prenant une leçon (0-3). Ils ne rendront pas les armes. A Bernabeu, les hommes d'Allegri refont leur retard en une heure grâce à un doublé de Mandzukic et une réalisation de Matuidi.

On se dirige vers les prolongations lorsque Benatia bouscule Vazquez dans le dos (93e). Buffon entre en transe et proteste auprès de l'arbitre qui l'exclut. Ronaldo envoie les Espagnols en demi-finale et le gardien de la Juventus n'en croit toujours pas ses yeux quelques minutes après le coup de sifflet final.

"L'arbitre a sifflé une faute qu'il est le seul à avoir vu. Pas de besoin de se plaindre. Il a vu et il aurait pu voir autre chose. Il (l’arbitre du match aller) aurait pu voir également un penalty pour Turin à l'aller. Il faut des gens qui ont les compétences et une certaine personnalité, car si on n’a pas cette personnalité, on ne doit pas entrer dans ce stade et on doit rester en tribune. Quand on est de grands joueurs européens, des entraîneurs, des supporters, des arbitres, il faut avoir une certaine sensibilité pour comprendre l'importance de certains moments."