Champions League

Ils ne sont plus que huit à pouvoir briguer la victoire finale en Ligue des Champions. Et plus que jamais, la concurrence est de taille cette saison, marquée par le retour au premier plan des clubs anglais. Une certitude : le trophée changera de main après trois saisons de règne du Real Madrid. On fait le point sur les forces en présence.

Ils sont favoris mais... : Juventus et Barcelone

Sans un Cristiano Ronaldo des grands soirs, pas sûr que la Juventus aurait validé son billet pour les quarts de finale. Le non-match disputé à l'aller face à l'Atletico Madrid avait sacrément plombé l'optimisme qui régnait à Turin et démontré que les Bianconeri n'étaient pas infaillibles. Mais en 90 minutes, tous les doutes ont été balayés après une prestation colossale et totalement maîtrisée des champions d'Italie. Ultra-compétitive depuis plusieurs saisons maintenant, la Juve a toutes les armes pour aller au bout, elle qui dispose désormais du facteur X, celui qui doit lui permettre d'enfin remporter le prestigieux trophée. Pas besoin de vous préciser de qui on parle…

Le Barça dispose lui aussi d'un atout majeur, matérialisé par un petit Argentin prénommé Lionel. Encore une fois décisif face à Lyon (deux buts, deux passes décisives), Messi donne l'impression de pouvoir décider de l'issue d'une rencontre à lui seul. Au sein d'une équipe catalane pas toujours très sexy et qui tousse par moments, il représente plus que jamais l'espoir de toute la Catalogne. Collectivement, les Blaugranas semblent toutefois moins solides qu'il y a quelques années. De quoi s'interroger sur leurs capacités à résister quand l'adversaire sera d'un autre calibre que l'OL.

Ils ont un coup à jouer : Liverpool et Manchester City

Et si c'était l'année des Anglais ? Avec les Reds et les Citizens, la Premier League peut clairement espérer ramener le trophée chez elle, ce qui serait une première depuis 2012 et le succès de Chelsea de Roberto Di Matteo. Les hommes de Jürgen Klopp, finalistes la saison dernière, ont encore franchi un palier cette saison, notamment avec les arrivées de Fabinho et Alisson Becker. En outre, c'est une formation taillée pour les rencontres à élimination directe, capable de punir la moindre erreur de l'adversaire et de mettre le feu dans son stade d'Anfield.

Manchester City est bien placé pour en parler, lui qui avait été balayé il y a un an par les vagues rouges au même stade de la compétition. Guardiola semble d'ailleurs avoir retenu la leçon de cet échec et si son équipe évite les gros trous d'air défensifs habituels, comme ce fut le cas lors des deux dernières éditions (Monaco, Liverpool), elle a toutes les raisons de s'imaginer aller au bout tant sa puissance offensive ne se discute pas.

Ils peuvent créer la surprise : Ajax, Tottenham, Manchester United

C'est paradoxalement l'équipe batave qui a laissé la plus belle impression. Et s'il parvient à sortir une prestation aussi extraordinaire qu'à Santiago Bernabéu, l'Ajax n'est pas un adversaire à prendre à la légère. Le talent, la jeunesse et l'insouciance d'un groupe qui a désormais tout à gagner peuvent les inciter à rêver des mêmes exploits que leurs aînés de 1995. A priori, Tottenham et Manchester United sont un cran en-dessous. Certes, ils ont éliminé Dortmund et le PSG, deux sacrés morceaux. Mais les Spurs sont qualitativement moins armés que d'autres formations tandis que les Red Devils sont là par miracle.

Ils n'ont (quasiment) aucune chance : Porto

Il ne faut jamais dire jamais et s'il y a bien un club qui a pu déjouer tous les pronostics, c'est bien celui-là (victoire en 2004 sous José Mourinho). Mais on voit mal comment l'équipe de Sergio Conceiçao pourrait s'inviter sur le trône en juin prochain. D'autant que les dernières campagnes l'ont prouvé : seuls les plus riches et les plus forts finissent par émerger. Quoi qu'il arrive lors du tirage au sort (ce vendredi à 12h), les Portugais ne partiront pas favoris. Mais c'est peut-être un atout...