Manuel Neuer est certain de la victoire du Bayern, Mats Hummels est plus mesuré.

On espérait croiser les Français Ribéry, Coman et Tolisso. Et aussi notre voisin Robben, réputé très sympathique par tous les journalistes qui ont pu le croiser. Malheureusement, la disposition de la zone mixte à Hoffenheim n’oblige pas les joueurs à croiser les journalistes pour aller du vestiaire au car. Autant vous dire qu’on n’a pas vu grand monde côté Bayern après la défaite samedi soir…

L’un des attachés de presse du club a tout de même amené deux joueurs pour contenter la presse allemande, assez sarcastique sur la prestation du quintuple champion en titre : les internationaux Manuel Neuer et Mats Hummels. "Deux joueurs qui ne savent pas éviter de dire des bêtises après une défaite", nous glisse un journaliste qui suit le Bayern depuis longtemps.

Hummels a d’abord livré son analyse : "On était la meilleure équipe mais on n’a pas su assez profiter du danger qu’on apportait, notamment via Coman. Hoffenheim a eu trois occasions et a marqué deux fois. On n’aurait jamais dû perdre ce match."

Même discours chez Neuer qui, en revanche, a moins aimé les ripostes des journalistes allemandes sur les problèmes du jeu munichois. Le gardien en a rapidement eu assez, sans même qu’on puisse poser une question sur le match de mardi contre Anderlecht. Heureusement, un audacieux confrère a crié in extremis un "Manuel, et Anderlecht ?"

L’imposant portier s’est retourné et a lancé avec un regard noir : "On va battre Anderlecht !"

Hummels était en tout cas plus mesuré. "Je sais que vous (Ndlr : les journalistes) pensez qu’on va se servir d’Anderlecht pour reprendre confiance mais je me méfie de club. J’avais déjà joué contre Anderlecht avec Dortmund et on n’avait pas su gagner chez nous (1-1 en 2014). Ce club arrive toujours à avoir de bons joueurs et il ne faut pas croire qu’on a déjà gagné", a-t-il conclu diplomatiquement, bien loin de l’arrogance de Neuer.