La confédération européenne met tout en œuvre pour ne sacrifier aucun match.

Le football européen s’apprête à vivre une semaine décisive. Ce mardi, l’UEFA doit se réunir, à distance, avec ses 55 Fédérations. On connaît déjà la position de la Belgique : elle veut mettre un terme à la saison de Pro League, pour préparer plus sereinement la suivante. Mercredi, la confédération europeénne discutera avec l’ECA, l’Association européenne des clubs, dont le lobbying pour la reprise a été très intense depuis le début de la crise. Jeudi, ce sera au tour du Comité exécutif de l’UEFA de conclure.

Le scénario le plus probable, c’est qu’il contente tout le monde. La Belgique conserverait ses tickets européens, alors que les grandes compétitions étrangères se disputeraient jusqu’à fin juillet.

Mais, pour l’UEFA, l’essentiel est surtout de voir ses propres compétitions aller au bout. Certains scénarios de Final 8 font partie des options, mais le plan A, c’est de conserver un maximum de rencontres, et donc ne pas sacrifier la formule en aller-retour. L’objectif est de reprendre la C 1  avec Juve - Lyon puis Barça - Naples le 22 juillet dans le meilleur des cas, et le 7 août selon les prévisions pessimistes. On enchaînerait ensuite à un rythme infernal les quarts de finale, les demies et la finale, le 29 à Istanbul. L’Europa League suivrait la même cadence, avec une apothéose à Gdansk le 27 août. Au total, ce schéma donnerait lieu à… 19 soirées européennes, sur une période allant de 23 à 38 jours. Du jamais-vu.