Personne ne s'y attendait. Le PSG a mis fin à la série d'invincibilité du Bayern en Ligue des Champions qui courait depuis 19 matchs. Deux ans sans défaite bouleversé par une équipe parisienne qui a subi mais s'est montré ultra-réaliste. "A déguster glacé", titre ainsi l'Equipe qui fait référence à la neige et à la température très froide présentes à l'Allianz Arena.

Le quotidien souligne le duo Neymar-Mbappe qui a constitué la clé de la rencontre. "Dans leurs performances respectives, les deux leaders offensifs n'ont évidemment pas tout réussi. Ils ont souffert à l'image de leur équipe, n'ont pas eu tant de ballons à exploiter tant les Munichois ont eu la maîtrise des débats. Mais ils ont affiché une détermination et une abnégation à défendre que l'on ne leur connaît pas à chaque rencontre. Et quand ils ont été en situation, ils ont joué juste et se sont montrés cliniques."

"Peut-être le PSG est-il en train de montrer qu'il a mûri"

Le célèbre journal estime aussi que les Parisiens prennent de l'expérience. "Au moment où son inconstance est pointée du doigt et pourrait lui coûter le titre en L1, peut-être le PSG est-il en train de montrer qu'il a mûri, en fait. Et qu'en cette saison au calendrier dément, après avoir jugé qu'il serait incapable d'accomplir un exercice rond et abouti comme son adversaire du soir, il allait sélectionner ses ambitions comme ses stars comptent leurs pions."

En Allemagne, c'est bien évidemment la déception qui règne. La presse du pays ne s'attendait pas à de telles erreurs défensives inhabituel dans le rang du Rekordmeister. "Faillite insensée contre Paris", estime le Bild qui adresse sa pire note à Manuel Neuer (5, la meilleure étant de 1). "Méga maladresse contre le PSG. Malgré une domination parfois oppressante, le Bayern a perdu le quart de finale aller contre le PSG", comment, quant à lui, SportBild.

L'absence de Lewandowski au retour inquiète la presse allemande

Les journaux s'inquiètent également pour Lewandowski qui a annoncé qu'il ne serait pas là pour le match retour. "Non, il est encore trop tôt", a déclaré le Polonais à Sky avant le match aller, mercredi à Munich. "Je fais tout pour revenir sur le terrain."

Pas question pour autant de dévaluer la performance du PSG avec l'absence du Polonais. "On pourra toujours gloser sur le poids de l'absence de Lewandowski, mais qui se souvient que Paris avait joué la finale l'été dernier avec un demi-Mbappé et un quart de Verratti ?", s'interroge l'Equipe.

La semaine prochaine, seule la victoire et la qualification sera belle qu'importe les joueurs présents sur la pelouse.