L'information est passée quelque peu inaperçue lundi en raison de l'annonce de la création de la Superligue (qui aura été suivie deux jours plus tard de sa mise à l'arrêt), mais la Champions League se dotera d'une nouvelle formule à partir de la saison 2024-2025. Un moyen pour l'UEFA d'augmenter le nombre de gros matches et donc les revenus qui vont avec car la phase de poules disparaitra pour laisser la place à une sorte de poule unique de 36 équipes, chaque équipe disputant dix rencontres. 

Après ces dix rencontres, les meilleures équipes (de la 1re à la 8e place) seront qualifiées pour les huitièmes de finale tandis que les équipes classées de la 9e à la 24e place se disputeront un barrage. À partir des huitièmes, le format reste le même que ce que l'on connait actuellement.

Mais ce nouveau format de la coupe aux grandes oreilles ne plait pas à tout le monde. Sur la lancée du mouvement contestataire vis-à-vis de la Superligue, Ilkay Gündogan en a profité pour critiquer lui aussi cette formule, mise en place par l'UEFA : "Avec tout ce qui se passe autour de la Superligue en ce moment... pouvons-nous également revenir sur le nouveau format de la Champions League ? De plus en plus de matches, personne ne pense aux joueurs ? Le nouveau format de la Ligue des Champions est seulement un moindre mal en comparaison avec la Superligue", commence le joueur de Manchester City sur Twitter, "Le format actuel de la Champions League fonctionne très bien et c'est pour cela qu'elle est la compétition la plus populaire au monde, pour nous les joueurs, mais aussi pour les fans."


La Superligue n'a pas vécue longtemps mais aura au moins eu le mérite de faire prendre conscience aux joueurs et aux supporters qu'ils peuvent faire changer les choses pour garantir le meilleur avenir possible au football.