Champions League

Le Conseil d’Etat suspend à leur égard l’”ordonnance combi-car” du bourgmestre brugeois

Ainsi que la DH a pu l’annoncer lundi matin, le principal club supporter du Paris Saint Germain, son président Romain Mabille et trois supporters du club qui rencontre Bruges mardi en Champions League, ont demandé en extrême urgence au Conseil d’Etat de suspendre l’ordonnance du bourgmestre de Bruges qui leur impose le Combi-car, une mesure ordonnée en vue d’éviter d’éventuels affrontements.

En clair, le bourgmestre de Bruges, Dirk De Fauw , interdit aux supporters du PSG qui n’auraient pas leur place de se trouver sur le territoire de la ville depuis ce lundi midi et jusqu’à la fin de la rencontre mardi soir, et impose à tous d’être en possession d’un ticket combinant le transport en car depuis la France et l’accès au stade Jan Breydel. Sous peine d’arrestation administratives et d’amende. Concrètement, l’ordonnance du bourgmestre interdit aux supporters du club toute autre solution que celle des cars agréés de supporters encadrés.

Lundi en fin de journée, le Conseil d’État a donné raison au Collectif Ultra Paris, principal club supporter du Paris Saint Germain, à son président et aux trois supporters requérants. Le Conseil d’Etat de Belgique , en effet, suspend l’exécution de l’ordonnance en ce qui concerne son application. Mais il faut être précis sur la portée de la décision, celle-ci est limitée aux trois supporters du PSG que défendait l’avocat spécialisé Maxime Chomé, les trois ayant introduit le recours en suspension d’extrême urgence.

Mais c’est la première fois qu’une telle décision est prise concernant cette pratique du combi-car qui se généralise dans le football belge et européen. Le Conseil d’Etat a jugé lundi qu’à première vue, le bourgmestre n’est pas compétent pour prendre cette ordonnance.