À sa conférence de presse avant le dernier entraînement, John van den Brom prétendait ne pas encore savoir avec quelle équipe il entamerait la partie. "Si je change quelque chose par rapport au onze de base face à Malines, c’est parce que je veux jouer un peu plus prudemment", dit-il. "Mais je ne vais pas changer ce qui était bon. Je trouve de plus en plus mon équipe type."

N’Sakala gardera sans doute sa place au détriment de Deschacht, mais De Zeeuw pourrait remplacer un des attaquants, probablement Bruno. Praet et Tielemans étaient d’autres options, mais le premier s’est à nouveau fait critiquer, et le second est sans doute trop peu expérimenté pour un match d’une telle envergure.

Comparé à la saison passée, l’équipe de van den Brom est moins mature. "Je suis curieux de savoir s’ils sont prêts pour ce niveau," dit le Néerlandais. "Malgré toute notre expérience, on ne s’était pas qualifié non plus. Pour nous, le petit club des quatre, ce sera dur. Mais le match contre Malines nous a donné confiance. Or on doit encore améliorer certaines choses. On doit être plus discipliné."

Van den Brom adore la Ligue des Champions. C’est une des raisons pour lesquelles il est venu à Anderlecht. "J’ai un jeune groupe, mais je suis aussi un jeune coach. Je peux vous assurer qu’on a tous une énorme faim d’entamer cette compétition. Hélas ! je devrai décevoir quelques-uns de mes joueurs."

Selon van den Brom, Anderlecht peut surprendre Benfica via les ailes. "Le point fort de Benfica est son compartiment offensif. Même les backs sont des attaquants, mais cela signifie aussi qu’ils laissent des espaces. On doit en profiter. Cela dit : ils ont une équipe formidable. C’est un adversaire coriace, qui - même si le stade ne sera pas comble - pourra compter sur son 12e homme."