Durant son émission, la journaliste Christine Kelly interroge le polémiste français sur l'incident intervenu en Champions League: "Le match a été suspendu à l'initiative des deux équipes qui ont accusé l'un des arbitres d'avoir tenu des propos racistes. Ne faut-il pas saluer l'initiative des joueurs à vouloir lutter, tous ensemble, contre le racisme ?", demande-t-elle.

Eric Zemmour réagit tout de go: " On dirait un slogan de manifestation syndicale: 'Tous ensemble, tous ensemble". La première chose que l'on découvre, c'est que cet arbitre roumain n'a pas du tout insulté Demba Ba (NdlR : le polémiste confond, ici, certainement le membre du staff Pierre Webo et le joueur Demba Ba). Il n'a pas dit 'négro'. Il a simplement dit 'negru" qui signifie 'noir" dans sa langue. Comme il aurait pu dire le gros, le grand, le blanc. Je pense qu'il n'est pas raciste et qu'il est victime d'une opération qui le dépasse ", assure-t-il.

Et de continuer: " Deuxièmement, le joueur Demba Ba, qui s'est senti insulté, lorsque l'on creuse son compte Twitter, on découvre qu'il est un militant islamiste. Il a soutenu BarakaCity, le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF), Erdogan, Tariq Ramadan. Ce n'est donc pas un perdreau de l'année ."

Pour Eric Zemmour, toute cette histoire est mise en scène: "Je me méfie toujours de toutes ces accusations de racisme car aujourd’hui tout le monde traite tout le monde de raciste", déplore-t-il. "Lorsque l'on dit que je suis petit, chauve ou moche, je suis aussi blessé".

"Ce n'est pas la même chose", rétorque Christine Kelly. "Le racisme est puni par la loi", conclut-elle avant de rendre l'antenne.

Cette polémique semble ne pas désenfler et nombreuses sont les réactions, notamment sur les réseaux sociaux où les internautes font part de leur ressenti sur cette situation et sur son caractère jugé raciste .