Europa League Eden Hazard devrait une nouvelle fois entamer la rencontre sur le banc.

Vainqueurs par le plus petit écart la semaine dernière sur la pelouse du Slavia Prague (0-1), Eden Hazard et sa bande sont très proches du dernier carré. Mais aussi du record d’invincibilité de l’Atletico Madrid. Entre novembre 2011 et octobre 2012, les Madrilènes avaient enchaîné quinze rencontres sans défaite. Les Blues en comptent quatorze à ce jour et n’ont plus perdu depuis avril 2013.

Il faudra pour cela hausser le niveau de jeu qui était le leur au match aller en Tchéquie. Le Slavia avait joué crânement sa chance et s’était procuré plusieurs occasions de but. Les Londoniens avaient quant à eux rencontré toutes les peines du monde à percer le bloc défensif de Prague. Il fallait attendre la montée au jeu d’Eden Hazard et surtout le coup de tête de Marcos Alonso à la 86e minute pour faire sauter le verrou.

Comme lors des cinq dernières rencontres d’Europa League, Eden Hazard devrait entamer la partie sur le banc. Maurizio Sarri le lancera probablement en cas de besoin à l’approche de la dernière demi-heure, comme au match aller.

Le seul Belge qui devrait être aligné d’entrée sera du côté de Naples. Battus à Arsenal (2-0), Dries Mertens et les Napolitains sont face à un mur. Ils doivent inscrire trois buts de plus que les Anglais pour espérer se qualifier. La tâche sera ardue mais pas impossible. Du moins si les attaquants italiens montrent un visage plus conquérant qu’à l’Emirates Stadium où il avait fallu attendre la fin du match pour les voir se réveiller timidement.

La parole est donc à Arkadiusz Milik, Lorenzo Insigne et Dries Mertens. "C’est plus difficile après l’aller, mais certainement pas impossible. Arsenal n’est pas imperméable en défense et ils ont toujours pris des buts en déplacement, donc on doit rester optimistes", se motive leur entraîneur Carlo Ancelotti qui rêve de réaliser une rimonta.