Portant un brassard noir, ils ont tous gardé le maillot emblématique pendant la présentation des équipes et la minute de silence, sous l'oeil du grand absent dont le portrait était projeté sur l'écran géant.

Pendant toute la journée, les supporteurs se sont pressés devant le stade San Paolo, qui pourrait très rapidement être rebaptisé du nom de Maradona, comme l'a proposé le maire de la ville dès mercredi. "Je crois qu'il est juste de baptiser San Paolo de ton nom pour t'avoir encore avec nous", a écrit le président du club Aurelio de Laurentiis sur le site du club.

Sur les grilles du stade, sans attendre, une plaque a été apposée dès jeudi: "Stade Diego Armando Maradona", avec le visage de l'Argentin et une signature, celle des tifosi de la célèbre "Curva B".

Et partout des écharpes bleu-blanc, des fleurs, des portraits de la star et des maillots frappés du N.10 ont été attachés, formant un véritable mur du souvenir à la mémoire du joueur dont le passage pendant sept saisons (1984-1991) a laissé une trace indélébile chez les Napolitains, par ses succès comme ses sorties de route.


Une heure avant le coup d'envoi, ils étaient encore plusieurs centaines à chanter devant le stade. D'autres Napolitains, plus nombreux encore, se sont rassemblés dans le centre, piazza del Plebiscito.

Peu avant le match, le capitaine napolitain Lorenzo Insigne et le magasinier historique du Napoli, Tommaso Starace, sont sortis du stade pour venir se joindre aux hommages en déposant une gerbe de fleurs au pied des grilles et se recueillir, selon une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux par le club.


"Maradona représente beaucoup, pas seulement pour moi mais pour tous les Napolitains. Il nous a toujours défendus, il nous a toujours portés dans son coeur et nous devons faire de même", a commenté Insigne, au micro de Sky Sport.

Le match d'Europa League se déroulait à huis clos, comme tous les matches en Italie depuis le début du mois d'octobre en raison de la pandémie de coronavirus.