Les Espagnols font figure de favoris dans le groupe G mais "on doit avoir l’ambition de passer l’hiver", s’accordent les Standardmen.

Qualifié directement pour la phase de groupes de l’ Europa League grâce à son sacre en Coupe de Belgique, le Standard est tombé dans le groupe G avec l’Ajax Amsterdam, le Celta Vigo et le Panathinaikos. Les Rouches retrouvent donc les Espagnols et les Grecs qu’ils ont affrontés sur la scène européenne dans un passé pas si éloigné : il y a dix ans, en septembre 2006, le Standard de Michel Preud’homme avait été battu deux fois par le Celta Vigo (0-1 à l’aller à Sclessin et 3-0 au retour à Vigo) au premier tour de la Coupe Uefa, ce qui avait mis fin prématurément à la campagne européenne des Liégeois. Plus récemment, en mars 2010 et en août 2014, les Standardmen de Dominique D’Onofrio puis de Guy Luzon avaient éliminé le Pana respectivement en 8e de finale de l’ Europa League et au troisième tour préliminaire de la Ligue des Champions.

"Lors de la confrontation de 2010, j’avais fait une analyse du Pana pour Dominique", indique Yannick Ferrera. "Je les ai toujours suivis, depuis, tout comme le championnat grec lorsque mon oncle y était entraîneur. Ils ont un public fanatique, mais le Standard les a déjà battus. L’Ajax ? Ils sont moins bien et se sont fait sortir assez sèchement en Ligue des Champions mais cela reste un club de tradition même si ce n’est pas ManU ou l’Inter."

Quid enfin du Celta Vigo ? "J’aurais préféré éviter les clubs espagnols. On sait qu’en Liga , il y a le Real, le Barça et puis le reste du monde. Et le Celta fait partie des premiers du reste du monde. Ce sera peut-être l’équipe la plus difficile à battre. Mais bon, cela reste un tirage abordable et on doit avoir l’ambition de passer l’hiver."

Jonathan Legear partage l’avis de son coach. "Le Celta est favori parce qu’il évolue dans le championnat le plus relevé. Chaque semaine, il joue des matches de niveau européen, où cela va très vite, où c’est technique… C’est sans doute le football qui est le moins compatible avec le football belge."

Si le Standard a de bons souvenirs avec le Pana, l’ailier, lui, a de bons souvenirs avec l’Ajax. "La dernière fois que j’ai joué l ’Europa League avec un club belge, j’avais mis deux buts contre l’Ajax. J’avais d’ailleurs fini meilleur buteur de la phase des groupes avec huit buts. Les équipes néerlandaises, et l’Ajax en particulier, jouent très offensivement. En Belgique, certains jouent pour ne pas perdre ou ne pas encaisser. L’Ajax joue pour gagner, quitte à perdre. Ce sera un match ouvert. On a nos chances pour passer l’hiver européen."

"Un groupe attractif mais…"

Accompagné de Sacha Feytongs, le Directeur des infrastructures, Bob Claes, en sa qualité de Directeur général du Standard, représentait les intérêts liégeois vendredi au Forum Grimaldi.

À sa sortie de la Salle des Princes, il s’est montré plutôt réservé : "Bien sûr, nous évitons les gros calibres comme Manchester United mais quand je compare notre groupe avec ceux des autres clubs belges, j’estime qu’il est d’assez loin le plus ardu, et pas uniquement sur le plan sportif."

La venue des fans exubérants du Pana et puis des bouillants partisans de l’Ajax promet un automne mouvementé en bord de Meuse…