Sébastien Pocognoli était conscient que le Standard n’avait pas livré son meilleur match

Sébastien Pocognoli a bien rempli son contrat sur le flanc gauche, lui qui n’avait plus débuté une rencontre depuis dix jours et la visite à Anderlecht. Mais le capitaine était bien conscient que l’équipe dans son ensemble n’avait pas livré une rencontre inoubliable.

"Nous n’avons pas eu beaucoup d’occasions, surtout en seconde période. Physiquement, les Turcs étaient assez costauds et cela nous a demandé beaucoup d’efforts. Ce qui peut expliquer un manque de lucidité ou une plus grande difficulté à se projeter vers l’avant" , disait-il. "Je ne pense pas que le Standard ait été malade ces derniers temps. Nous devons encore apprendre à évoluer dans le système voulu par le coach. Nous avons enchaîné les matches et la trêve fera du bien. À l’avenir, il faudra encore travailler pour être plus fluide dans le jeu."

Mais le Standard a rempli son contrat en ne galvaudant pas de bêtes points devant son public. Il respire. "Il fallait gagner à Ostende pour bien se repositionner en championnat et faire de même contre Akhisarspor pour garder l’espoir de se qualifier en Europa League. Nous avons bien accompli notre mission", disait-il. "Personnellement, je ne suis qu’à moitié surpris de la victoire de Krasnodar contre Séville. C’est une bonne équipe, peut-être pas très connue en Belgique mais qui fait partie du Top 5 en Russie. Il faudra absolument les battre à domicile. Je pense d’ailleurs que cette double confrontation sera le tournant de notre aventure européenne."

"La mauvaise nouvelle, c'est Séville"

Le Standard a rempli son contrat en battant Akhisarspor mais Séville a, de son côté, connu la défaite sur la pelouse de Krasnodar sur le score de 2-1. 

Ce sont donc les Russes qui sont en tête du groupe avec un six sur six, le tout avant d’affronter les Rouches lors de la troisième rencontre : "C’est la mauvaise nouvelle de la soirée. Séville reste un ogre, demandez au Real ou à Léganes ce qu’ils en pensent. Nous avions espéré que les Andalous viendraient ici lors de la cinquième journée avec le maximum de points et soient déjà qualifiés ou presque, ce ne sera pas le cas. On peut dire que finalement, Krasnodar est une très bonne équipe. Ils ont renversé la situation, ont apparemment tiré à trois reprises sur les montants et ont donc mérité d’avoir ce six sur six avant de venir à Sclessin. On sait que jouer en Russie n’est jamais simple, même pour une équipe comme Séville. Finalement, ce sont les deux meilleures équipes du groupe. "