Hier après-midi, les Liégeois ont donc pris connaissance des noms de leurs opposants en phase de poules de l’Europa League. À l’occasion du tirage au sort, le Standard avait convié la presse à le suivre en compagnie de Guy Luzon, venu en famille avec sa femme et ses deux enfants mais aussi de Ibrahima Cisse, Yoni Buyens et Jean-François de Sart.

Versé dans le groupe C, le Standard affrontera donc Salzbourg, Elfsborg et Esbjerg. À l’issue du tirage au sort, Guy Luzon n’était pas forcément aux anges.

"Vous trouvez que nous avons de la chance ? La chance, elle se mérite. Plus sérieusement, affirmer qu’il s’agit d’un bon tirage serait mentir. Si nos adversaires sont arrivés en phases de poules, c’est qu’ils le méritent. Je rappellerai tout de même que les Danois de Esbjerg ont éliminé Saint-Étienne, excusez du peu !"

On l’aura donc compris, le mentor des Rouches n’est pas forcément satisfait.

"Le Spartak Moscou et Udinese aussi étaient satisfaits au moment du tirage des barrages. Au final, ces deux équipes regarderont l’Europa League à la télévision. On ne peut jamais être satisfait. Ce n’est qu’après la phase de poules que nous saurons si c’était un bon tirage."

C’est avec l’ambition d’accéder au 16es de finale que les Standardmen entameront cette phase de poules.

"Peu importe l’opposition, nous voulons aller le plus loin possible. Notre ambition est donc de gagner la prochaine étape de la compétition."

C’est assurément avec la casquette de favoris du groupe que le Standard recevra Esbjerg le 19 septembre prochain. Un statut qui ne dérange pas le coach israélien.

"Cela m’importe peu que nous soyons favoris ou non. Ce qui est important, c’est d’aborder chaque rencontre avec le plus grand sérieux."

De son côté, le directeur sportif, Jean-François de Sart, se montrait plus satisfait que son T1.

"On peut dire qu’il s’agit d’un tirage favorable. Ce statut de tête de série nous aide grandement mais il est aussi la conséquence de nos bons résultats sur la scène européenne ces dernières saisons. Cependant, il ne faut pas croire que s’extirper de ce groupe sera une promenade de santé. Esbjerg a tout de même sorti Saint-Étienne, c’est une référence."

Dans le passé, les équipes autrichiennes, suédoises et danoises ont plutôt bien réussi au Standard. "Effectivement, nous gardons un bon souvenir de notre double confrontation face à Salzbourg en 2010 (3-2 à Sclessin et 0-0 en Autriche). Il y a deux ans, nous avions écarté le champion de Suède avant d’enchaîner deux succès face aux Danois de Copenhague. Mais ces résultats ne nous donnent aucune assurance. Il faudra batailler."

Favori du groupe, le Standard devra éviter l’excès de confiance. "Cela ne s’est jamais produit pendant les tours préliminaires, ce ne sera donc pas le cas en phase de poules."