"Mirallas restera à Everton", martèle Martinez

Malgré un temps de jeu très réduit chez les Toffees, le coach espagnol ne compte pas laisser le Diable rouge quitter Goodison Park.

A. He.
"Mirallas restera à Everton", martèle Martinez
©Photonews

Malgré un temps de jeu très réduit chez les Toffees, le coach espagnol ne compte pas laisser le Diable rouge quitter Goodison Park.


"Il faut sauver le soldat Mirallas", titrions-nous dans le supplément 11 du week-end dernier. En effet, le parcours de l'attaquant a pris une tournure bien malheureuse depuis quelques mois. Trois titularisations (dont une seule en championnat) en quatorze rencontres, et une carte rouge en prime, la saison du Belge s'apparente à une lente agonie. Un comble pour un joueur qui accumulait le temps de jeu et les buts la saison dernière. Mais voila, en janvier 2015, de petites tensions entre le joueur et le club, sur fond de prolongation de contrat, ont considérablement obscurci le ciel de Mirallas dans le nord-ouest de l'Angleterre...

Alors que le mercato de janvier se profile à l'horizon, des rumeurs commencent à bruisser dans les travées de Goodison Park autour d'un départ du Diable rouge. Sans doute pas pour l'Atlético Madrid ou le Borussia Dortmund, où l'on annonçait le Liégeois il y a un an... Mais malgré la petite forme de Mirallas, ce-dernier a de solides atouts à faire valoir, lui qui arrive à vingt-huit ans dans une phase cruciale de sa carrière. 

Cet intérêt a poussé Roberto Martinez à sortir du bois. Et la réponse est claire: Kevin Mirallas fait partie intégrante des plans de l'entraîneur, malgré une relation "un peu plus compliquée" depuis plusieurs mois, de l'aveu même du joueur. "Le laisser partir ? Tout cela est on ne peut plus faux", s'est-il exclamé. "Kevin a toujours été un joueur très important depuis que je suis au club. (...) Mirallas est un joueur-clé pour Everton et il le sait. Ce qu'il souhaite désormais, c'est d'être important sur le terrain, car le début de la saison a été frustrant pour lui."

"Mirallas restera à Everton", martèle Martinez
©Photonews

Une renaissance en 2016 ?

Une réponse assez classique, qui n'empêche pas de se poser quelques questions: que se passe-t-il autour de Mirallas ? Comment un joueur qui a toujours été l'un des piliers d'un club ambitieux peut se retrouver aujourd'hui à cirer le banc presque chaque semaine ? "Le début de la saison a été difficile pour lui, à titre individuel", poursuit Martinez. "Il a souffert de quelques petits soucis, des petits bobos. Ensuite, il s'est fait exclure (NdlR: un carton rouge stupide écopé à la... nonantième minute face à Swansea), du coup, il n'était pas dispo durant trois rencontres." 

Roberto Martinez va même plus loin en évoquant l'état de fraîcheur du joueur, qui pourrait se révéler fort utile en 2016, selon lui. "Je pense qu'il s'est amélioré en tant que footballeur, et c'est important que Kevin soit plus frais dans l'optique de la seconde partie de saison. On va en récupérer les bénéfices. La façon dont il s'entraîne est impressionnante."  Vu le bilan comptable du club, actuellement neuvième avec seize points récoltés sur trente-trois, l'apport d'un élément de la qualité de Mirallas ne sera pas du luxe, même si c'est surtout en défense que le bât blesse. Avec quinze buts encaissés en onze rencontres, Everton est la deuxième pire défense du top quatorze derrière Leicester. 

Qu'importe, les candidats acquéreurs ne doivent pas espérer arracher l'international à Everton, où ce dernier a resigné jusqu'en 2018. Même si la perspective de louper l'Euro 2016 doit tout doucement effleurer l'esprit de Kevin, qui a perdu sa place en équipe nationale...


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be