L'étonnante proposition du président de Nice pour la relance de la Ligue 1

Les idées de Jean-Pierre Rivière sont pour le moins surprenantes mais ne manquent pas de sens.

G. Co.
L'étonnante proposition du président de Nice pour la relance de la Ligue 1
©Belga

Les idées de Jean-Pierre Rivière sont pour le moins surprenantes mais ne manquent pas de sens.

L'arrêt des différentes compétitions nationales suite à l'épidémie de coronavirus a fait naître plusieurs interrogations dans la tête des dirigeants des clubs français. D'autant plus que personne, à l'heure actuelle, ne peut dire à quelle date les différents championnats pourront reprendre. Dès lors, comment achever la saison en cours sans empiéter sur la suivante ?

S'il y a bien un point sur lequel les présidents des clubs français sont d'accord, c'est bien sur la volonté d'achever la saison 2019-2020, pour toucher les droits télés et désigner un champion à la fin de la saison. Mais le président de Nice a une autre idée sur la situation et veut profiter de la crise actuelle pour préparer l'avenir : "Réfléchissons au-delà de l’année en cours et essayons de donner une cohérence aux trois années à venir. En 2022, la Coupe du monde se déroulera au Qatar, du 21 novembre au 18 décembre. Pourquoi ne pas s’adapter à cette compétition dès aujourd’hui ? C’est peut-être le moment d’entreprendre un grand changement. En 2022, il serait envisageable de débuter notre championnat en février et de fixer la trêve (de Noël) entre le 1er et le 17 août. En 2021, nous pouvons envisager la même chose. Pour 2020, l’idée est de reprendre le championnat en cours fin août et le terminer fin octobre ou en novembre. Les dates indiquées seraient à peaufiner par des personnes bien plus qualifiées", a-t-il expliqué dans les colonnes de Nice-Matin.

Le président de Nice part donc du postulat que les compétitions de football risquent de se retrouver à l'arrêt pendant encore de nombreux mois. Face à cette interrogation, il privilégie donc de prendre son temps, en ne reprenant la compétition que durant le mois d'août et de commencer la saison 2020-2021 en... février 2021. "L’intérêt est multiple. Tout d’abord, et c’est le plus important, cela nous donne le temps de régler l’aspect sanitaire et préserver la santé de tous. Notre sport pourrait alors reprendre dans des conditions normales et éviter des matchs à huis clos répétés et très ennuyeux. Ensuite, l’économie commencera à se reconstruire. Pensons à nos supporters à nos partenaires. En proposant les abonnements de la saison prochaine en janvier 2021, un plus grand nombre de personnes auront eu le temps de se reconstruire et assainir leur situation financière", a détaillé Rivière avant de poursuivre sur les avantages de ne pas jouer au football en hiver : "Ce calendrier inversé aurait également pour effet de réduire considérablement les matchs en hiver, sur des pelouses dégradées, des conditions climatiques difficiles et guère propices à l’expérience des stades. Se rendre à un match de football en mai, juin et juillet me semble beaucoup plus agréable et festif. Cela pourrait inciter davantage les familles à se rendre au stade."

Si l'idée peut surprendre, elle pourrait faire son chemin dans les hautes sphères du football. Mais ce plan n'est pas pour autant parfait dans le sens où l'Euro 2020 a été reporté en juin et juillet 2021, donc en plein championnat. Pour que cela fonctionne, il faudra également une concertation au niveau européen, car le calendrier des différentes compétitions européennes prévoit des rencontres dans le courant du mois de décembre soit pendant la trêve potentielle du championnat. 

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be