Le chaos à Saint-Etienne, épilogue houleux d'une saison noire en Ligue 1

Les débordements de supporters auront perturbé la Ligue 1 toute la saison, jusqu'à un épilogue chaotique dimanche à Saint-Etienne lors du barrage L1-L2 perdu contre Auxerre, qui a relégué l'ASSE et écorné un peu plus l'image du football français.

AFP
Le chaos à Saint-Etienne, épilogue houleux d'une saison noire en Ligue 1
©AFP

Jets de projectiles à répétition, fumigènes en pagaille, envahissements de terrain ou encore titre célébré sans effusion au PSG en raison de la défiance des ultras.... L'exercice 2021-2022 a été tumultueux comme rarement, contraignant les instances à une escalade de sanctions disciplinaires, et les ratés organisationnels de la finale de Ligue des champions samedi à Saint-Denis ont alimenté la controverse.

"Il y a beaucoup de violence dans nos stades, sans qu'on puisse réfréner (les supporters) et les boucler. C'est un peu triste", a déploré l'entraîneur auxerrois Jean-Marc Furlan dimanche soir.

Au stade Geoffroy-Guichard, la rélégation de Saint-Etienne aux tirs au but contre Auxerre (1-1 a.p., 5 t.a.b. à 4) a été accompagnée de scènes houleuses: envahissement de la pelouse par des supporters des Verts en colère, puis jets de fumigènes et bousculade générale.

Alors que leur secteur du stade faisait l'objet d'une fermeture disciplinaire, des ultras stéphanois récidivistes avaient réussi à prendre place dans une autre tribune.

- "On a franchi un cap" -

Certains supporters ont utilisé des mortiers et dirigé des fumigènes en tir tendu, s'alarme auprès de l'AFP Franck Unal, secrétaire départemental adjoint d'Unité SGP Police: "Là on a franchi un cap, car l'usage (des engins pyrotechniques) n'était pas festif, c'est le côté inquiétant", souligne-t-il.

Dans une gigantesque cohue, les joueurs se sont engouffrés dans le tunnel des vestiaires, les policiers ont pénétré à leur tour sur le terrain et lancé des lacrymogènes pour disperser la foule, pendant que des mouvements de panique agitaient les tribunes.

Et les affrontements se sont poursuivis à l'extérieur du stade, avec au total un bilan de 14 blessés légers parmi les forces de l'ordre et 17 parmi les supporters.

Des dégâts matériels sont également à déplorer, notamment la destruction des panneaux lumineux en led sur le pourtour du terrain, soit "plusieurs centaines de milliers d'euros de dégâts", a déclaré lundi à l'AFP la direction de l'ASSE, précisant que la Métropole de Saint-Etienne, propriétaire du stade, allait déposer plainte.

La pelouse a été saccagée et une dizaine de sièges ainsi qu'un banc de touche ont été détruits par des incendies provoqués par des fumigènes, indique-t-on de même source. La boutique du club est pour sa part "intacte".

- Dialogue au point mort -

Alors que l'hypothèse du huis clos avait été écartée car la présence de supporters était "importante pour le club" avant ce match crucial, la préfecture de la Loire estime avoir "correctement anticipé les débordements", avec un effectif d'environ 250 fonctionnaires en comptant les renforts de CRS et de gendarmes mobiles.

L'une des explications à ces heurts en Ligue 1 est connue: l'arrêt des championnats pour cause de pandémie, puis les huis clos liés au Covid-19, ont accentué les phénomènes de violence à la reprise, alors que les interdictions de stade individuelles avaient, pour beaucoup, expiré pendant la crise sanitaire.

Après les débordements du début de saison, les autorités et les instances du football s'étaient réunies en décembre pour serrer la vis.

La clarification du processus décisionnel en cas d'interruption de match a certes eu des effets bénéfiques. Mais pour infliger à nouveau aux éléments perturbateurs des interdictions de stade, le processus judiciaire prend du temps. Et certains clubs, ménageant leurs propres ultras, ne semblent pas pressés d'infliger les interdictions commerciales de stade qui figurent à leur arsenal.

Quant au dialogue supporters-autorités-instances, qui semblait avoir fait ses preuves via l'Instance nationale du supportérisme (INS, créée en 2017), il paraît au point mort.

"Nous sommes navrés de voir ce constat-là de dérive de supporters", a déploré lundi la nouvelle ministre des Sports Amélie Oudéa?Castera à propos des heurts à Saint-Etienne, appelant à "réactiver la force du dialogue".

Comment repartir du bon pied la saison prochaine ? "On a notamment fait des audits de sécurité dans tous les clubs, ça permettra de pointer club par club les besoins en renforcement de postes spécifiques de sécurité", veut croire un haut dirigeant du football français.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be