Ce qui attend Deniz Undav à Brighton: "Combien je vais en marquer ? Peut-être pas 26, mais un peu moins"

Meilleur buteur de Pro League la saison dernière, l'Allemand partage, selon ses dires, les pelouses d'entraînement avec "une légende". Dans sa première interview depuis son arrivée, il a aussi évoqué la perte du titre avec l'Union SG.

Ce qui attend Deniz Undav à Brighton: "Combien je vais en marquer ? Peut-être pas 26, mais un peu moins"
©PHOTONEWS

"Si je suis stressé ? Je l'étais ce matin en arrivant en voiture, mais je ne le suis plus maintenant (sourire)." Plus de six mois après l'officialisation de son passage de l'Union SG à Brighton, Deniz Undav se sent enfin comme un membre à part entière du groupe de Graham Potter.

Les Seagulls ont entamé leur préparation cette semaine, alors que leur premier match de Premier League est fixé au 7 août à Old Trafford. "Pour moi, jouer contre Manchester United aurait une grande signification", a avoué Undav sur le site du club où il croisera la route de Leandro Trossard notamment. "À ce moment-là, dès mes premières minutes, je prendrais pleinement conscience du fait que je suis un joueur de Premier League."

D'autant plus qu'Undav se souvient encore de quand il suivait les Red Devils depuis son poste de télévision. Le destin aura voulu que l'ancien joueur de D4 partage le terrain avec Danny Welbeck, ancien mancunien, quelques années plus tard. "Pour moi, Welbeck est une légende", a-t-il confié. "Quand j'étais jeune et qu'il jouait pour United, j'étais un grand fan et, maintenant, j'ai la chance d'évoluer avec lui. C'est pour ça que je dis que c'est une 'légende'. Quand j'avais 15 ans, je prenais exemple sur lui."

Pour aider la troisième équipe la moins efficace de Premier League

Undav débarque avec son lot d'attentes. Les supporters espéreront forcément qu'il débute sur les chapeaux de roues vu son impressionnant retour chiffré l'an dernier (26 buts et 13 assists en Pro League). "Je vais essayer d'offrir aux fans le meilleur Deniz possible", a déclaré l'Allemand. "Je suis très confiant mais je ne pense pas que je vais à nouveau en marquer 26 parce que le championnat belge n'est pas la Premier League. Je ne vais pas fixer un total exact (de buts) que je souhaite atteindre. Je veux juste faire trembler les filets, peut-être pas 26 fois, mais un peu moins."

S'il parvient même à atteindre la moitié de ce compte, il battrait les chiffres des deux hommes qu'il vient concurrencer/complémenter sur le front de l'attaque. La saison dernière, le Français Neal Maupay en a planté huit en Premier League et Welbeck six (Trossard huit également). Des chiffres qui démontrent que l'attaque constitue justement le secteur à problème de Brighton.

L'an dernier, les Seagulls étaient la troisième équipe la moins efficace du championnat anglais. Pour mesurer ce paramètre, il suffit d'analyser le déficit entre les expected goals (les buts attendus) et les buts effectivement marqués : seul Leeds (13,07) et Burnley (12,49) ont affiché un bilan plus décevant que Brighton (11,88). Mais contrairement aux Peacocks et aux Clarets, qui ont respectivement fini 17es et 18es, Brighton a terminé dans la première moitié tableau, à la neuvième place.

Qui sait ? Avec un peu plus de réalisme, les hommes de Potter auraient pu se mêler à la lutte pour une place européenne. Tandis que le rendement de Maupay dépend fortement du niveau de confiance (fort variable) qu'affiche le Français, Welbeck n'a jamais été une garantie de buts en zone de vérité. La mission d'Undav est donc claire : convertir la possession et les nombreuses occasions de Brighton au marquoir. "Je peux marquer depuis l'intérieur de la surface, en dehors, depuis la moitié du terrain… Bref, je peux marquer de partout (rires)", a expliqué le dernier Footballeur Pro de l'année. "J'essaye de faire mouche avec ma tête, mon pied gauche, mon pied droit, mon épaule, tout !"

"Mazzù savait comment me gérer"

Undav est également revenu sur l'incroyable campagne de l'Union SG. "L'année passée a été à la fois très bonne et très difficile", a détaillé l'Allemand. "Parce qu'au bout du compte, nous avons terminé deuxièmes alors que nous nous battions pour le titre. Être premiers pendant une grande partie de la saison et puis terminer deuxièmes, c'est difficile. Mais individuellement, c'était une très bonne saison pour moi, j'ai marqué 26 buts et délivré 13 assists."

Il n'a pas non plus manqué d'évoquer les raisons de son succès. "C'est grâce à mes coéquipiers et à mon coach qui m'a donné la confiance dont j'avais besoin. Il me comprenait et savait comment me gérer. Après un mauvais match, l'équipe me faisait confiance et elle connaissait mes qualités. Nous nous amusions, passions du temps ensemble… C'était essentiel. Si ça va me manquer ? J'espère bénéficier du même traitement ici (rires)."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be