Un mois après la grave blessure de Virgil Van Dijk, les Reds restent décidément imperturbables. Ils ont aligné contre Leicester (3-0) leur sixième victoire en sept matches, toutes compétitions confondues, depuis le début de l'indisponibilité de leur défenseur central. Un rythme comparable à celui les a menés au titre de champion la saison passée. Ils n'ont encaissé que trois buts sur cette période.

La performance face à Leicester est d'autant plus probante que les Foxes, leaders avant cette journée, avaient remporté leur quatre premiers matches à l'extérieur, avec notamment un 5-2 à Manchester City.

Avec 20 points en neuf matches, Liverpool devient co-leader du classement, seulement dépassé par Tottenham à la meilleure différence de buts.

Les Reds ont ouvert le score grâce à un but contre son camp du défenseur Jonny Evans, tellement occupé à gêner Sadio Mané qu'il a oublié que le ballon pouvait aussi rebondir sur sa propre tête (1-0, 21e). Un centre parfait de Robertson a ensuite permis à Diogo Jota d'enfoncer le clou d'une tête décroisée (2-0, 41e).

Les joueurs de Jürgen Klopp n'ont quasiment pas laissé respirer leurs adversaires en seconde période, et ont logiquement alourdi le score par Roberto Firmino (3-0, 86e).

La liste des blessés de Liverpool, déjà conséquente semble s'être cependant encore alourdie dimanche soir: le milieu de terrain Naby Keïta est sorti en début de deuxième période, après s'être plaint d'une douleur à la cuisse droite.

Arsenal inexpressif

La trêve internationale n'a pas permis aux Gunners de retrouver la sérénité. Après la déroute face à Aston Villa (3-0) avant la trève, le match nul à Leeds (0-0), obtenu malgré une infériorité numérique de plus de quarante minutes, apparait plutôt chanceux. Deux poteaux et la barre transversale les ont sauvés d'une deuxième défaite de suite.

La formation de Marcelo Bielsa aurait mérité d'ouvrir le score dès la première période, et a contrôlé l'essentiel du match. Des tentatives de Stuart Dallas (64e), Rodrigo (76e, 80e), Ian Carlo Poveda (83e), Patrick Bamford (87e) et l'ancien Rennais Raphina (90+5) ont fait trembler les Londoniens.

Mais le plus inquiétant reste l'atonie de l'attaque d'Arsenal, qui ne pointe qu'en seizième position ex-aequo de la Premier League à la moyenne de buts (seulement un par match). Les perspectives de court terme en championnat apparaissent d'autant moins encourageante pour la formation de Mikel Arteta, que ses deux prochains adversaires, Wolverhampton et Tottenham, possèdent justement les deux meilleures défenses du championnat.

Le technicien espagnol, dont la formation n'a pas réellement progressé depuis sa prise de fonction il y a près d'un an, ne cache pas que le manque d'allant offensif est une "inquiétude". "Il faut marquer des buts pour gagner des matches, et pour cela il faut se créer des occasions."

L'exclusion de Nicolas Pépé, qui avait été exceptionnellement préféré à à Alexandre Lacazette, ajoute au malaise. Le coup de tête administré à Alioski pourrait lui valoir une lourde suspension. "C'est inacceptable", a tancé Arteta. "A ce niveau, on ne peut pas faire ça."

Leeds peut de son côté s'estimer malchanceux après une autre belle performance collective, que la quatorzième place au classement récompense mal.

Everton renoue avec la victoire

En milieu de journée, Everton s'est lui imposé sur le terrain du premier non-relégable, Fulham (3-2). Le latéral gauche Lucas Digne a adressé deux passes décisives, dont une à son compatriote Abdoulaye Doucouré. La formation de Carlo Ancelotti, qui avait commencé le championnat en trombe, stoppe ainsi une série de trois défaites consécutives.