L'attaquant iranien Alireza Jahanbakhsh a-t-il déjà marqué le but de l'année le premier jour de celle-ci ?

Existe-t-il une meilleure manière de digérer les excès du Réveillon que devant un délicieux Brighton - Chelsea ? Sans doute pas. C'est encore plus vrai quand le match est illuminé par une petite merveille de but. Ici, elle est signée par l'équipier de Leandro Trossard Alireza Jahanbakhsh, à la toute fin du match. Un pion qui permet aux Seagulls de gratter un point important dans la lutte pour le maintien (Brighton est 14e, à quatre unités de Bournemouth, premier reléguable).

Longtemps mené, le club a profité de la belle entrée au jeu de l'Iranien de vingt-six ans (trois occases créées, trois tirs au but en vingt-cinq minutes de jeu) pour égaliser à la 84e minute. Suite à un corner de Trossard, suivi d'une remise de la tête de Lewis Dunk, l'ailier, déjà buteur ce samedi contre les Cherries, a claqué un retourné acrobatique imparable pour Kepa Arrizabalaga. Audacieux et magistral.


Juste après son but, le joueur, arrivé dans le sud de l'Angleterre durant l'été 2018 pour vingt millions d'euros s'est montré très ému, comme c'était déjà le cas le week-end dernier. La raison ? La grosse galère vécue par celui qui débarquait de l'AZ Alkmaar avec un titre de meilleur buteur d'Eredivisie dans la poche entre son arrivée en Premier League et aujourd'hui.

Blessures, inefficacité chronique (aucun but inscrit sous le maillot de Brighton jusqu'à ce samedi 28 décembre), l'aventure de Jahanbakhsh s'apparentait à un énorme flop. Au point de l'annoncer partant pour un prêt loin de la côte anglaise, histoire de le relancer un peu. Une option qui ne semble plus être d'actualité pour le moment.

"Tout le monde est ravi pour lui", expliquait Graham Potter, le coach de Brighton, après la rencontre au micro de la BBC. "Il a travaillé très dur et a attendu très longtemps. Bénéficier de sa fraîcheur sur le banc était le plan, et il a surgi de fort belle manière. Il a su se montrer patient, mais il a des qualités et il obtient sa récompense." "Jusqu'à présent, c'est le but de la décennie", plaisantait-il ensuite en conférence de presse.