En raison de l'arrêt de la compétition et de la reprise ultérieure à huis clos, les clubs allemands ont subi une perte de revenus importante ces derniers mois. Pour compenser cela, de nombreuses équipes ont dû renoncer à une partie de leur salaire, mais le Werder va maintenant plus loin en faisant inclure à l'avance toute réduction de salaire dans le contrat. Cette clause de crise devrait permettre au club de mieux supporter les conséquences d'une éventuelle deuxième vague.

"De cette façon, nous voulons nous protéger contre d'éventuelles pertes financières", avoue M. Baumann. "Avec cette clause, nous sommes assurés que les joueurs feront leur part."

Le Werder Brême n'a pu assurer que de justesse son maintien en Bundesliga la saison dernière. Le club a terminé à l'antépénultième place et a donc dû effectuer des barrages, qu'il a remporté contre la formation de deuxième division Heidenheim.