Angel Di Maria et Marquinhos ont vécu une soirée cauchemardesque ce dimanche. Et cela, pas tant à cause de la défaite du PSG face à Nantes mais plutôt parce que les deux joueurs se sont fait cambrioler à leurs domiciles parisiens durant la rencontre.

D'ailleurs, Angel Di Maria a été sorti peu après l'heure de jeu ce dimanche. Mauricio Pochettino n'a pas fait ce choix sur base de la prestation de l'Argentin mais pour que celui-ci se rende rapidement chez lui auprès de sa famille, qui était sur place au moment des faits. Le coach de Paris aurait été informé via Leonardo, le directeur sportif du PSG, présent en tribunes.

D'après l'Equipe, les inconnus qui ont pénétré dans la demeure des Di Maria à Neuilly-sur-Seine ont réussi à dérober l'équivalent de plus de 500.000 euros de bijoux. Au moment de quitter le Parc des Princes, Di Maria était d'ailleurs très inquiet pour sa famille. Mais selon le média français, les proches de Di Maria n'ont subi aucune violence. L'épouse et les enfants de l'Argentin n'auraient d'ailleurs pas vu les voleurs, à en croire Le Parisien.

Le père de Marquinhos violenté

Dans les Yvelines, c'est la famille de Marquinhos qui a aussi été attaquée par des cambrioleurs. Là, ces derniers ont trouvé des membres de la famille du joueur Brésilien dans la maison. En effet, les parents de Marquinhos se trouvaient chez lui au même titre que deux adolescentes.

Les deux voleurs auraient surpris le père de Marquinhos dans le jardin quand celui-ci donnait à manger à son chien. Le Brésilien de 52 ans aurait reçu plusieurs coups, notamment au visage et au thorax ainsi que dans les côtes pour que ce dernier révèlent où se trouvaient les objets de valeur.

Finalement, les deux agresseurs ont fouillé tout le domicile et sont repartis avec 2000 euros en liquide et des bijoux, juste après avoir enfermé le père de Marquinhos et les deux adolescentes dans la suite parentale. 

Contrairement à Di Maria, Marquinhos n'a pas été remplacé par son entraîneur. Finalement, le PSG s'est incliné 1-2 contre les Nantais.

Le parquet de Nanterre a été saisi de même que les enquêteurs de la brigade de répression du banditisme (BRB) de la police judiciaire parisienne pour remonter la piste des cambrioleurs. Ces derniers étaient d'ailleurs étonnés de voir que les deux maisons ont été cambriolées en même temps. "C'est sans doute une première de voir deux joueurs d'un même club cambriolés simultanément. Pour l'heure, il est difficile de dire s'il s'agit d'une opération coordonnée par une seule et même équipe ou s'il s'agit d'une simple coïncidence", avoue la BRB à nos confrères de l'Equipe.