Championnats étrangers

Leonardo remet les choses en place: le directeur sportif du Paris SG est monté au créneau mercredi, indiquant vouloir "avancer ensemble" avec les éventuelles prolongations d'Edinson Cavani et Thiago Silva, assurant que l'entraîneur Thomas Tuchel n'avait jamais "voulu partir", et épinglant les déclarations de Zinédine Zidane et Michel Platini sur la star Kylian Mbappé.

Le dirigeant s'est présenté à la presse plutôt remonté après la victoire 1-0 contre Bruges, synonyme de qualification parisienne pour les huitièmes de finale de Ligue des champions. Avec une nette impression donnée de vouloir reprendre la main sur les sujets chauds.

L'éventuel départ en fin de saison de Cavani ou Silva, en fin de contrat en juin ? Il ne l'écarte pas.

"Ils sont dans leur dernière année de contrat. C'est clair pour eux, on va avancer ensemble, c'est clair la situation", a-t-il dit. "On va décider ensemble ce qu'on va faire, il n'y a pas de doute par rapport à la valeur de ces joueurs-là et le futur on va le décider ensemble", a ajouté Leonardo.

"Des joueurs comme ça doivent ou finir bien, ou être là bien. C'est important, il ne faut pas avoir de doute, donner un contrat parce qu'ils ont beaucoup fait pour le club. Il faut être clairs avec eux tout le temps et je pense que là, c'est comme ça. On va avancer et on va voir comment ça se passe pendant la saison. Il n'y a pas de timing, le timing ce sera notre sentiment, notre conversation, et on va décider ensemble une chose ou l'autre. Un an, c'est une éternité."

Cavani (32 ans), meilleur buteur de l'histoire du PSG (195 buts), et Thiago Silva (35 ans), actuel capitaine du club, arrivent en fin de contrat à Paris à l'issue de cette saison et l'incertitude plane sur leur avenir face à la concurrence de joueurs plus jeunes, comme la recrue argentine Mauro Icardi (26 ans).

Platini sur Mbappé, "pas du racisme mais de la jalousie"

Concernant l'avenir d'un autre de ses cadres, Leonardo s'est par ailleurs irrité des propos tenus mardi par l'entraîneur du Real Madrid Zidane, qui a rappelé en conférence de presse que la star parisienne Kylian Mbappé avait pour "rêve" de jouer un jour pour le club madrilène.

"Honnêtement, ça agace, ça agace un peu, ça dérange", a tranché le dirigeant brésilien, estimant que "ce n'est pas la première fois".

"Je pense que ce n'est pas le moment de parler de ça. (Mbappé) est un joueur qui a deux ans et demi de contrat avec nous. Parler de volonté, de +rêve+, à chaque fois... Si à un moment on peut arrêter, faire une pause... Kylian est un joueur très important pour nous. Ce n'est pas le moment de le toucher, de le déstabiliser".

Avant de revenir, toujours sur le même sujet, sur les propos tenus mercredi par Michel Platini sur le champion du monde, comme quoi "la vitesse ne fait pas tout".

"Je ne veux même pas parler de racisme mais on peut parler de jalousie. Comment ça ? Il va trop vite ? Je ne vois pas... c'est un des meilleurs du monde. Mais bon, il vaut mieux faire envie plutôt que pitié. Le PSG et Mbappe méritent d'être respectés", a conclu "Leo".

Enfin, sur le dossier de l'entraîneur Tuchel, contacté selon la presse allemande pour prendre les rênes du Bayern Munich, le directeur sportif a défendu toute envie de départ du coach allemand.

"Il n'a jamais demandé à partir, on ne lui a jamais demandé de partir. Donc il n'y a rien. Il est encore là, on a encore beaucoup de choses à faire ensemble".