Championnats étrangers Philippe Auclair, référence journalistique en Angleterre, préface le match.

Philippe Auclair est Monsieur Premier League dans les médias français. Biographe de Thierry Henry, il officie comme correspondant pour France Football et RMC. "Je n’ai plus raté un match d’Arsenal à domicile depuis 1996."

Arsène Wenger n’a qu’à bien se tenir. "Pour être franc, les gens se désintéressent de ce match à Londres. Si le RSCA a une grande histoire, la compétition belge ne fait pas rêver les Anglais", analyse Philippe Auclair, lui qui est basé à Londres.

Pourtant, il pourrait voir une large victoire d’Arsenal. "Je pense qu’Anderlecht ne fera pas le poids car, sans ses individualités, Arsenal a été mauvais en ce début de saison. Ce que la Belgique a vu était le plus mauvais Arsenal. Ce n’est pas tant la performance d’Anderlecht qui a fait la différence mais surtout le manque de fond de jeu des Gunners . Pour l’instant, ils s’en tirent grâce à un super Alexis Sanchez."

Tout ce que le journaliste a retenu de ce match est la capacité de révolte de son équipe fétiche. "Et aussi l’apport du banc", coupe-t-il. "Des Podolski ou Oxalde-Chamberlain, Anderlecht n’en a pas en réserve. Arsenal possède une chose en plus qu’Anderlecht et c’est crucial : l’expérience en Europe. OK, les Mauves étaient cramés, mais ils ont aussi lâché psychologiquement."

Fin analyste , il avance quand même une infime possibilité pour les Mauves de gêner les Anglais. "Ils ne sont pas bons en possession de balle, en reconversion défensive et ils peinent à faire le jeu. Il faut les frustrer, les confronter à un bloc qui peut leur faire mal en contre. Ne sachant pas passer, ils risquent de perdre un peu le fil de la partie. Pour cela, il faudra bétonner. Ce n’est peut-être pas très à la mode, mais c’est une réalité contre Arsenal."