Les deux clubs de Manchester dominent la Premier League. Ils disposent chacun d’un diable essentiel à leur dispositif.

Le chassé-croisé continue. Après sept journées, United et City se tiennent dos à dos. Six victoires, un nul et deux petits buts encaissés chacun. Ces réussites sont dues en grande partie aux performances remarquables de deux Diables. Fellaini fait le bonheur de Mourinho et De Bruyne celui de Guardiola depuis le début de saison.

L’entraîneur portugais multiplie les déclarations d’amour en direction de son milieu de terrain. Depuis le début du championnat, les Red Devils n’ont été accrochés qu’en déplacement à Stoke, le 9 septembre. La raison de cette contre-performance ? L’absence de Marouane Fellaini pour José Mourinho. "Stoke ne pouvait marquer que sur des contres ou sur des phases arrêtées et ils ont marqué un but en contre et un autre sur phase arrêtée. C’était un match pour Fellaini, avec lui, nous aurions été plus dominants sur phases arrêtées."

Le Diable, a, depuis, retrouvé son influence dans le système mis en place par Mourinho. Surtout en l’absence de Paul Pogba et Michael Carrick au milieu. Un rayonnement qui a même rejailli en attaque ce week-end puisque le Diable a marqué deux buts. L’occasion pour l’entraîneur portugais de confirmer l’importance de Fellaini. "Je lui fais confiance depuis le premier jour. J’ai toujours essayé de lui montrer à quel point il était important pour moi."

Le voisin , City, seul club à tenir le rythme infernal des Red Devils, s’appuie aussi sur un Diable pour enchaîner les victoires. Kevin De Bruyne a d’abord débloqué la situation en Champions League mardi face à Donetsk avant d’offrir une victoire très importante face à Chelsea ce week-end.

Deux buts déterminants marqués des deux pieds, qui font suite à de nombreuses passes décisives. "Il sait tout faire. Il peut jouer dans n’importe quelle position et distribuer des passes courtes ou des passes longues. Et malgré cela, il reste humble" remarquait Pep Guardiola après le match. KDB va devoir désormais assumer encore plus de responsabilités après la blessure aux côtes de Kun Aguëro. Une perspective qui n’effraie pas le technicien espagnol. "Il est l’un de nos capitaines. Il a fait d’énormes progrès et ses équipiers sont confiants lorsqu’il est sur le terrain.

La réussite des deux clubs de Manchester est donc une excellente nouvelle pour la sélection. En disposant de joueurs si importants dans des clubs de top niveau, Roberto Martinez n’a que l’embarras du choix.