Championnats étrangers Plus que jamais, l'avenir du Gallois au Real Madrid s'écrit en pointillés. Et cette fois, la situation paraît irréversible. 

La scène se passe dimanche dernier. Poussif à Levante, le Real Madrid l'emporte finalement au forceps grâce à un penalty de Gareth Bale (1-2). Mais le Gallois n'a pas le cœur à faire la fête. Quand ses coéquipiers viennent le féliciter, il préfère les repousser d'un geste rageur. Il faut dire qu'il a une nouvelle fois dû se contenter d'une place de remplaçant, Solari préférant aligner Vinicius et Vazquez sur les flancs. "Ce sont des élucubrations de journalistes", a réagi Santiago Solari après la rencontre.

Pourtant, la patience du coach espagnol semble être consommée. A l'instar de celle de ses coéquipiers. Cette semaine, le journal L'Equipe expliquait à quel point le joueur était de plus en plus isolé dans le vestiaire. "Au bout de six ans à Madrid, il ne sait toujours pas commander un petit déjeuner en espagnol", confiait un responsable du club au quotidien français. Il se dit aussi qu'il n'aurait pas trop apprécié la sortie de Thibaut Courtois il y a quelques semaines, quand le Diable rouge avait indiqué que Bale était surnommé "le golfeur" dans le vestiaire, en raison de sa passion plus affirmée pour la petite balle blanche que pour le ballon rond.

"Il est condamné"

Outre son attitude hors des terrains, son faible rendement actuel (malgré 13 buts cette saison) et sa propension à se blesser trop régulièrement (il n'a joué que 58% des matches du Real depuis son arrivée !) auraient convaincu Florentino Perez de s'en débarrasser cet été. Selon AS, le président madrilène espère récupérer les 100 millions investis en lui à l'été 2013. "Il est condamné", a lâché une source au journal pro-Madrid.

Pour (re)conquérir le cœur des fans du Real Madrid, Bale pourrait avoir la bonne idée de briller lors du Clasico de ce samedi. Mais combien de minutes jouera-t-il? Et surtout: a-t-il encore la tête à Santiago Bernabéu?