La rencontre était annoncée comme une intense partie d’échecs entre deux des cerveaux les plus reconnus du microcosme du football : celui de Marcelo Bielsa et de Pep Guardiola. Si, au coup de sifflet final, la rencontre ne voyait pas de vainqueur, El Loco en ressort bien plus heureux avec ce partage.

L’entraîneur de Leeds, qui n’a encore jamais remporté un match face au Catalan, avait élaboré un plan clair et précis : museler Kevin De Bruyne, limiter son expression créative. Malgré ce stratagème, le Diable parvenait tout de même à trouver quelques ouvertures et à se créer certaines opportunités, mais bien moins qu’à son habitude. Ce n’est donc pas un hasard de voir que son fait d’armes le plus dangereux tombait sur un coup-franc des 35 mètres. Malheureusement son envoi échouait sur la barre. Au fur et à mesure de la partie, KDB se montrait de plus en plus frustré, ne parvenant pas à mener ses coéquipiers vers le succès.

Privé d’Aguero et de Gabriel Jesus, City avait pourtant démarré la rencontre d’une belle manière en ouvrant la marque grâce à un tir placé du droit de Sterling après un peu plus d’un quart d’heure. Mais, comme face à Leicester (défaite 2-5), l’énergie et l’optimisme affichés par les Sky Blues s’évaporaient rapidement. Il n’en fallait pas moins pour que les Peacocks reviennent dans la rencontre et exploitent astucieusement le flanc gauche mancunien où Mendy était régulièrement en difficultés.

Par contre, il fallait attendre l’heure de jeu pour voir Leeds recoller au score via Rodrigo qui venait à peine de monter sur la pelouse et qui profitait d’une grossière erreur d’Ederson. Un coup de maître de Bielsa.

La dernière demi-heure se muait en un véritable régal pour tout amateur du ballon rond. Les deux formations avaient les occasions pour rafler les trois points, mais aucune ne parvenait à traduire ses opportunités au marquoir.

Un coup de sifflet final, les deux entraîneurs ne pouvaient cacher leurs sourires avant d’échanger quelques mots. "Il m’a demandé ce qu’était mon opinion sur le match", expliquait Guardiola à Sky Sports. "Je lui ai répondu qu’à chaud, je n’étais pas capable d’analyser le match. Il est peut-être plus intelligent que moi. J’ai besoin de temps pour analyser. Mais je lui ai dit que c’était un excellent match."