Avec quatre points sur six après deux journées d'Europa League, Lille est actuellement deuxième du groupe H derrière l'AC Milan. Mais les Dogues ont eu chaud face au Celtic Glasgow ce jeudi. Menés 0-2 à la mi-temps, les Lillois ont arraché le partage en seconde période.

La physionomie de la rencontre aurait pu être tout autre si Jonathan David avait converti un penalty, obtenu lui-même juste avant la mi-temps, pour permettre à son équipe de regagner le vestiaire avec la moitié du retard résorbé. Le penalty du Canadien était à l'image de son début de saison : timide. Tiré trop mollement, le coup de réparation a été arrêté par le gardien du Celtic, Scott Bain.

Résultat, l'attaquant est toujours muet avec le LOSC, près de trois mois après son arrivée. Les médias français commencent déjà à s'inquiéter au sujet de la recrue la plus chère de l'Histoire de Lille (autour de 27 millions d'euros) et certains parlent même de malédiction. Amené à remplacer l'ancien Carolo Victor Osimhen, parti à Naples cet été, à la pointe de l'attaque lilloise, David ne peut éviter les comparaisons avec le Nigérian. D'autant que le début d'Osimhen avait été canon avec six buts et deux assists lors de ses sept premières apparitions en Ligue 1 sous la vareuse du LOSC...

Mais pour l'heure, Jonathan David conserve la confiance de son entraîneur, Christophe Galtier, du moins si l'ont en croit ses propos en conférence de presse notamment après le partage face au Celtic : "Entre les lignes, dans les prises de balles, dans ses déplacements, il a été intéressant", confiait Galtier qui garde sa confiance envers David, "Il a le mérite de s’être créé le penalty. Je n’ai aucun reproche à lui faire de le voir tirer mais malheureusement, il a été repoussé. Ça va lui rajouter une pression supplémentaire. On va l’accompagner, on va l’aider. Il est évidemment déçu de ne pas avoir marqué mais content que l’équipe ait pu réagir pour décrocher ce bon match nul." Même si le coach lillois ne s'est pas privé de rappeler le rôle de David : "Vous savez, un attaquant, on lui demande de marquer des buts."

Si devant les médias en conférence de presse, Christophe Galtier continue à défendre son joueur, sa patience semble tout doucement arriver à bout. S'il était toujours titulaire depuis le début de la saison, Jonathan David a débuté pour la première fois sur le banc face à Nice le week-end dernier. D'ailleurs, le Canadien doit faire face à une densité de talents rare au sein de l'attaque du Losc puisque le club n'a pas aussi bien vendu qu'espéré, cet été, et se retrouve avec un effectif très large.

"Jonathan fera un jour partie du top 10 mondial"

Pour l'agent du joueur Nick Mavromaras, l'éclosion de Jonathan David dans la ville nordiste n'est qu'une question de temps : "En ce moment, Jonathan veut tellement marquer, il entend juste ça et il perd un peu de sa fluidité dans la surface de réparation", a expliqué son agent dans un entretien accordé à Radio Canada, "On lui dit de rester calme et de ne pas s’emballer avec l’attention médiatique qu’il reçoit."

L'agent de 30 ans, qui s'occupe de l'intérêt de plusieurs joueurs canadiens en Europe dont l'ancien joueur de Zulte-Waregem Cyle Larin avait repéré Jonathan David alors qu'il n'avait que 16 ans et évoluait encore dans le club d'Ottawa en ligue régionale canadienne. Il prévoit un grand futur pour son poulain malgré des débuts compliqués à Lille : "Je pense que ce n’est pas une mauvaise chose qu’il vive tout ça à 20 ans. C’était un transfert important et son jeu est sous la loupe. Mais je suis convaincu que vivre avec les critiques lui servira dans le futur. Je suis confiant: Jonathan fera un jour partie du top 10 mondial."