Le coup de grâce? Il est bien trop tôt pour le dire. En revanche, ce qui est certain est que le FC Barcelone n'avait pas besoin d'une nouvelle polémique. Ce dimanche, El Mundo a dévoilé le contrat en or massif de Lionel Messi. Cette nouvelle a fait l'effet d'une bombe. Et pour cause: la Pulga a gagné pas moins d’un demi-milliard d’euros en quatre ans (555 237 619€ exactement). De quoi mettre les siens à l'abri... et vider les comptes du FCB !

Rapidement, différents acteurs ont réagi. Tout d'abord, le sextuple Ballon d'Or qui a attaqué le média catalan. Ensuite le club qui a vu cette attaque comme une nouvelle tentative de déstabilisation de l'institution. Qui, depuis, recherche les différentes taupes en son sein. Ou à l'extérieur ? 

Forcément, l'ancienne direction est suspecte. Et cristallise les critiques car c'est elle qui lui a fait parapher ce faramineux contrat en 2017. D'autant plus lorsque l'on sait qu'elle est incarnée par Josep Maria Bartomeu. Véritable symbole de l'état désastreux de l'institution catalane. Dans un communiqué adressé au Mundo Deportivo, l'ancien président a choisi de répondre à ses détracteurs.

"Je vois certains médias laisser entendre que quelqu'un du conseil d’administration sortant ou moi-même avons divulgué ce contrat. C’est totalement faux. C'est un problème très grave, il est totalement illégal de laisser filtrer les contrats professionnels et cela aboutira au tribunal, car ni le Barça ni Messi ne peuvent accepter que ce crime n'aboutisse à rien. Je ne sais pas de qui il s'agit."

Pourtant, très peu d'individus avaient connaissance de ce contrat. "En fait, dans le club, seules quatre ou cinq personnes y avaient accès, tout comme les avocats du cabinet Cuatracases, qui ont participé à la négociation, et la LFP (la Ligue espagnole, ndlr) a également une copie de tous les contrats des joueurs" a-t-il expliqué.

Ensuite, le chef d'entreprise a également tenu à donner son soutien à Lionel Messi. Tout en désignant le coupable de la crise. "Accuser Leo des problèmes financiers du Barça est pervers et malveillant. Le joueur mérite les sommes qu'il facture car il le génère en excès, tant pour sa contribution sportive que pour sa contribution commerciale et, sans la crise due à la pandémie, le Barça peut parfaitement payer ces chiffres et celui de tous les autres joueurs. En fait, lorsque cette prolongation a été signée en novembre 2017, personne ne pouvait imaginer la pandémie de 2020."

En soutenant Messi, Bartomeu prouve qu'il n'est pas rancunier. En effet, pour expliquer son départ avorté en septembre, l'Argentin n'avait pas hésité à charger son ancien président. "Il m'a dit que la seule façon que j'avais de partir était de payer les 700 millions de ma clause. Ou d'aller en procès. Jamais cela ne m'a traversé l'esprit d'emmener le Barça devant les tribunaux" avait-il expliqué. Avant de poursuivre: "La vérité est que cela fait un moment qu'il n'y a plus de projet ici. Plus rien. Et qu'ils ne font que jongler pour boucher les trous à mesure que les choses viennent." Un tacle assez explicite envers Bartomeu.

Pour conclure sa lettre, l'homme d'affaires est également revenu sur la situation du club. Selon lui, il se sortira sans encombre sur la crise liée au Coronavirus. "C’est pourquoi, l'été dernier, la priorité est restée le projet sportif et nous n'avons pas accepté les offres de transfert de joueurs comme Ansu, Pedri ou Trincão en échange de grosses sommes. Le club dispose d'autres atouts non sportifs qui aideront à surmonter la crise économique due à la pandémie."

Un avis optimiste qui tranche lorsque l'on jette un coup d'oeil aux chiffres désastreux du club... Sportivement en revanche, le Barça va (un peu) mieux. Les Catalans sont seconds en Liga et doivent affronter le PSG en huitième de finale de C1 dans deux semaines.