Pour son premier exercice en Serie A, Romelu Lukaku a rendu une excellente copie : il a battu son record de buts sur une saison (29 réalisations - toutes compétitions confondues) et a terminé sur la deuxième marche du podium, derrière l’indétrônable Juve, grâce à une précieuse victoire des siens sur la pelouse de l’Atalanta de Timothy Castagne. Un duel entre le deuxième (Inter - 79 pts avant le coup d’envoi) et le troisième (Atalanta - 78 pts) qui opposait donc deux de nos Diables et qui prenait des airs de "petite" finale.

Même si cette médaille d’argent n’est qu’honorifique en Italie (puisque le classement final n’a aucune influence financière ou au niveau des droits TV), les Interistes prirent l’Atalanta à la gorge d’entrée de jeu : sur un corner adressé par Ashley Young Danilo D’Ambrosio dévia le cuir de tête dans les filets de Pierluigi Gollini (1re). Le début de match catastrophique de l’Atalanta se transforma ensuite rapidement en cauchemars quand Gollini dû quitter la pelouse, blessé.

Une vingtaine de minutes plus tard, Ashley Young se mua en buteur : d’une jolie frappe enroulée, l’Anglais doubla la mise pour les Nerazzuri (20e).

Sonnée et privée de son gardien titulaire, l’équipe de Timothy Castagne ne proposa pratiquement en première période et avait dû attendre la 55e pour son premier tir cadré. Pourtant, les hommes de Gian Piero Gasperini avaient pris l’habitude de régaler offensivement cette saison et pouvaient même devenir la première écurie à inscrire 100 buts en Serie A depuis 1950-1951.

Le mutisme des avants de l’Atalanta témoigne donc de solidité défensive dont faisait preuve l’arrière-garde interistes hier soir.

Lukaku aurait pu améliorer son record de but, mais Diego Godin manqua lucidité et adressa un ballon trop approximatif dans le grand rectangle (76e). Big Rom était pourtant idéalement placé. Dix minutes plus tard, le Belge faisait parler sa puissance et sa vitesse en percutant dans l’axe avant de décocher une lourde frappe des 20 mètres qui fila juste au-dessus de la cage adverse (87e).

De son côté, Timothy Castagne était impuissant et dû céder sa place à Hans Hateboer à l’heure de jeu. Il devra se contenter d’une médaille de bronze.

À l’assist, Dries Mertens se joue de la Lazio

Le Diable a délivré deux passes décisives lors de la victoire des siens face à la Lazio.

Quand Dries Mertens ne marque pas, il fait marquer ! De retour de suspension, le Diable était un des principaux artisans de la victoire de Napoli sur la Lazio, notamment en délivrant deux assists et en obtenant un penalty.

En début de match, servi dans l’axe par Mertens, Fabian Ruiz ouvrait la marque sur la première incursion napolitaine en ouvrant son pied gauche à l’entrée de la surface. Aidée d’une déviation, la frappe de l’Espagnol loba Thoma Strakosha.

L’histoire voulait ensuite que Ciro Immobile égale le record de Gonzalo Higuain en plantant sa 36e rose de la saison en championnat, d’un plat du pied sur un centre en force d’Adam Marusic.

Quelques instants après le retour des vestiaires, Lorenzo Insigne trouva Mertens dans le grand rectangle. Le Belge décocha une frappe juste avant d’être fauché par Marco Parolo. L’arbitre désigna le point de penalty et Lorenzo Inisgne le convertit avec assurance.

Juste avant le coup de sifflet final, Mertens ponctua sa rencontre d’une seconde passe décisive. Le Louvaniste servit Matteo Politano d’un extérieur de pied astucieux. Il ne restait à l’Italien qu’à conclure.

Si la victoire permet aux Napolitains de terminer la campagne sur une bonne note, ils perdent tout de même Lorenzo Insigne sur blessure… à une semaine du match face à Barcelone en Ligue des Champions.