L'inspiration a surgi à la 72e minute : alors que le Barça dominait sans réussir à marquer depuis le début, le jeune milieu de terrain de 19 ans a surgi à l'entrée de la surface, a effacé Ivan Rakitic et Diego Carlos de deux feintes, puis a ajusté une frappe croisée parfaite à ras de terre qui est venue se loger dans le coin inférieur gauche des cages sévillanes.

Un bijou qui a fait sauter de joie son entraîneur Xavi et qui a fait exploser le Camp Nou, très bien rempli (76.112 spectateurs sur 99.000 places) pour cette affiche qui opposait deux équipes en lice pour les places qualificatives pour la Ligue des champions.

Avec ce succès précieux, deux semaines après le clasico brillamment remporté au Santiago-Bernabéu face au Real Madrid (4-0) et quatre jours avant son quart de finale aller de Ligue Europa contre l'Eintracht Francfort jeudi en Allemagne, le Barça prolonge sa série à six victoires consécutives en Liga.

C'est la première fois que le Barça se retrouve aussi haut dans le classement de Liga depuis le début de la saison. Une remontée fantastique qui porte la griffe Xavi : ils sont passés de la 8e place à la 10e journée, à la 2e place à la 30e journée.

Et nous voilà avec un trio à égalité à la deuxième place du classement : douze points derrière le leader merengue, vainqueur 2-1 sur la pelouse du Celta Vigo samedi grâce à deux pénalties de Karim Benzema, le FC Barcelone, le Séville FC et l'Atlético Madrid totalisent chacun 57 points.

Mais les Catalans ont l'avantage du goal-average... et surtout, ils ont joué un match en moins que les trois autres équipes du top 4.

Dembélé, l'agitateur

Dominateurs dès l'entame, les Blaugranas ont pu compter sur un Ousmane Dembélé des grands soirs pour animer l'aile droite.

L'ailier français, non-sélectionné par Didier Deschamps lors de la dernière fenêtre internationale, a été de tous les coups au Camp Nou. Dès la 12e minute, son centre parfait pour Frenkie De Jong n'a pas été bonifié par le Néerlandais.

Et à la 43e minute, la plus grosse occasion de la première période a encore été l'oeuvre de l'ailier français. Sa remise de la tête était parfaite, mais Ferran Torres était trop court pour pousser le ballon dans la cage, et Jules Koundé a dégagé en corner.

Malgré quelques errements dans la relance, "Dembouz" a eu l'occasion d'ouvrir le score quelques minutes avant Pedri (70e), mais n'est pas parvenu à ajuster un ballon centré par Sergio Busquets.

Dembélé, chaudement applaudi à l'annonce de son nom avant le coup d'envoi ainsi qu'à sa sortie (90e), se relance ainsi pour le sprint final de la saison, à trois mois de la fin de son contrat au Barça.

Juanmi brille au Betis

Pour le Séville FC, ce revers confirme le déclin de l'équipe de Julen Lopetegui : dans la discussion pour disputer le titre au Real il y a encore quelques semaines, les Andalous restaient sur quatre nuls et une victoire sur leurs cinq derniers matches.

Avec cette défaite au Camp Nou, ils ont quasiment dit adieu à leurs chances de sacre.

Plus tôt ce dimanche, le Betis Séville, privé de Nabil Fekir (suspendu), a corrigé Osasuna 4-1 au Benito-Villamarin grâce à deux buts et deux passes décisives de Juanmi. Les deux derniers buts des "Béticos" ont été marqués par William Carvalho et Alex Moreno en deuxième période.

Grâce à ce succès, les Andalous peuvent continuer à rêver d'une place qualificative pour la Ligue des champions : ils ne sont plus qu'à quatre points du Séville FC. Les deux voisins rivaux lutteront désormais pour une place en Ligue des champions.