S'il ignore ce qu'il va gagner avant la clôture du marché, lundi soir, le PSG sait déjà ce qu'il n'a pas perdu: son immense stock de talent, qui le place parmi les meilleures équipes d'Europe.

Les deux superstars Kylian Mbappé et Neymar ont, encore, illuminé la soirée. Un but tout en technique (36e) résume leur activité: le premier s'est faufilé entre deux défenseurs pour servir le second qui, d'une frappe sous la barre, a scellé le sort du match avant la mi-temps.

Et si le fait de les avoir conservés était la meilleure chose qui soit arrivée au club cet été ? Les deux complices peuvent guider le club en finale de la Ligue des champions comme trouver le solution face au 5-4-1 très resserré d'Angers.

Avec eux, le PSG s'est rapproché à un point du leader Rennes avant la trêve internationale, avec un quatrième succès consécutif.

Avant de retrouver la C1 le 20 octobre par un choc contre Manchester United, "Kyky" et "Ney" continuent de se remettre en jambes, après un début de saison compliqué par leurs tests positifs au Covid-19 et deux défaites d'entrée.

Aligné comme ailier gauche dans un 4-4-2 au coup d'envoi, Neymar, qui n'avait jamais commencé une saison parisienne sans avoir marqué lors de l'un de ses deux premiers matches, a enfin débloqué son compteur. Il a même réussi un doublé (47e), son premier en L1 depuis le 26 janvier.

Mbappé a mis plus de temps pour marquer (84e): ses efforts dans l'animation ont été récompensés en toute fin, d'un plat du pied à la reprise d'un centre de Pablo Sarabia.

Entretemps, Julian Draxler (57e) et Idrissa Gueye (71e) ont alourdi le tableau d'affichage, prouvant que le PSG avait laissé derrière lui les problèmes de réalisme offensif observés à Reims (2-0) dimanche dernier.

Draxler buteur

Si Paris va mieux, son effectif pourrait être modifié par le mercato, qui s'annonce agité, après les déclarations de l'entraîneur Thomas Tuchel qui assurait jeudi qu'il fallait "attendre moins" d'un groupe amoindri par les départs de Thiago Silva et Edinson Cavani.

Certaines séquences contre Angers lui ont donné raison.

D'abord, sur l'utilité de recruter, puisque c'est la seule nouvelle tête parisienne dans le jeu, le latéral droit Alessandro Florenzi, qui a ouvert le score d'une belle reprise flottante (7e).

Ensuite, le PSG a connu des périodes de moins bien, notamment après le but de l'Italien, qui ont permis au SCO de rester dans le match, au point que le but du 2-0 de Neymar semblait contre le cours du jeu.

Paris a laissé trop d'occasions aux Angevins, qui auraient peut-être espéré mieux sur la tête de Stéphane Bahoken (13e). S'ils ont marqué par Ismaël Traoré (52e), les hommes de Stéphane Moulin ont aussi eu une énorme occasion de revenir à 3-2, gâchée par Rayan Aït-Nouri (57e).

Moins d'une minute plus tard, Julian Draxler concluait le 4-1 en reprenant un centre en retrait de Mitchel Bakker. L'international allemand est régulièrement cité parmi les partants les plus probables du mercato.

Avec ce deuxième but -- il n'en avait marqué que trois lors de ses deux dernières saisons de L1 --, au moins a-t-il montré ce qu'il pouvait apporter cette année.

Il ne sait pas encore s'il sera un joueur de la capitale mardi. A Paris, c'est toujours le temps des incertitudes.