Il y a bien longtemps que le FC Nantes a perdu ses lettres de noblesses. Depuis l'arrivée de Waldemar Kita en août 2007, le club a consommé 16 entraîneurs. Antoine Kombouaré sera le 17e technicien. Après avoir viré Raymond Domenech après seulement 46 jours à la tête du champion de France 2001, Kita a choisi son dévolu sur un ancien joueur de la maison jaune.

Lors de sa conférence de presse, l'ancien coach du PSG a tenu des propos surprenants. Il s'est d'abord expliqué sur son précédent échec à Toulouse où il avait contribué à la descente du club en perdant à 10 reprises en 11 matchs.

"A Toulouse, je n'y suis resté que deux mois ! On m'impute cette descente mais je n'y ai fait que dix matches. Il y a eu 19 matches sous mon successeur. Ce sont les présidents qui décident, je respecte. J'ai eu le temps de me ressourcer, de reprendre des forces. Une deuxième chance ? C'est une revanche personnelle. J'ai envie d'écrire une nouvelle page et avec mon club de cœur ce serait encore plus beau. Je suis ici, je suis super heureux."

Kombouaré ne s'est pas arrêté là. Il a avoué ne pas encore avoir regardé les rencontres de sa nouvelle formation.

"Je n'ai pas regardé tous les matches. J'ai regardé la Ligue 1 et les championnats étrangers mais c'est à partir d'aujourd'hui que je vais chercher à avoir une connaissance parfaite de l'effectif."

L'homme de 57 ans n'a pas hésité à clasher ses joueurs alors qu'il ne les a pas encore dirigés.

"Ils savent qu’ils sont mauvais. Je suis leur quatrième entraîneur, s’ils sont là, c’est quand même de leur faute."

Il a aussi avoué qu'entraîner Nantes n'était pas forcément ce qu'il espérait malgré son passé en tant que joueur à la Beaujoire.

"Je ne vais pas dire que j’ai rêvé d’entraîner Nantes. Il y a eu l’opportunité de venir et je suis très heureux d’être là. Des fois, vous avez des rêves qui ne se réalisent pas. C’est mieux de ne pas en avoir. J’ai une mission difficile mais je suis prêt à relever le défi. C’est la raison de ma venue."

A ses côtés, le directeur général, Franck Kita, paraissait stoïque. Outre ses prises de paroles surprenantes, Kombouaré s'est même permis de montrer une moue dubitative quand Franck Kita estimait qu'il possédait le profil parfait pour sauver Nantes.

Le club de Loire-Atlantique est actuellement barragiste et compte trois points de retard sur le premier non-relégable. Avec cette première entrée en matière, pas sûr que le Kanak ait rassuré les supporters.