C'est que la justice italienne s'intéresse à des dizaines de transferts qui auraient donné lieu à des plus-values suspectes. L'enquête judiciaire porte sur 42 transferts sur les 62 ayant donné lieu à des plus-values. Les bureaux milanais et turinois de la Juve ont reçu la visite de la police financières.

Trois saisons (2018-2019, 2019-2020 et 2020-2021) et six dirigeants dont le président Andrea Agnelli, le vice-président Pavel Nedved et l'ancien directeur sportif Fabio Paratici, aujourd'hui à Tottenham, sont dans le collimateur des deux magistrats en charge de l'enquête. Le total des sommes concernées par des faux bilans atteindrait 50 millions d'euros.

"Les autorités de contrôle des sociétés cotées en Bourse (la Juve est cotée) ont tiré le signal d'alarme. Elles soupçonnent les dirigeants de s'être servis des transactions sur les joueurs pour enregistrer des plus-values artificielles avec l'objectif d'améliorer le bilan comptable du club.