Mais où va le Barça? En pleine crise institutionnelle, les Catalans naviguent en eaux troubles. Au bord du gouffre après deux claques en Ligue des champions, ils viennent également de perdre sur le terrain de l'Atletico Madrid et se retrouvent neuvièmes à cinq points du Real (avec un match de moins).

Avec ces résultats en dents de scie, Ronald Koeman est clairement menacé selon la presse catalane. Roberto Martinez est d'ailleurs souvent cité pour remplacer le Batave. Tout comme un certain Xavi. Pour la radio Rac1, Joan Laporta a tenu à démentir ces rumeurs. "Tous les Catalans, Koeman lui-même, étaient découragés (après la défaite contre l'Atlético, ndlr)", a-t-il commencé. "Après avoir écouté mes personnes de confiance, j'arrive à la conclusion que je dois agir comme je l'ai fait avec Rijkaard. Il mérite la confiance. D'abord, c'est un culé qui aime le Barça et en lui parlant, vous le remarquez. C'est un mythe de Barcelone. Il est venu dans une situation de crise sportive et institutionnelle. Ce que j'avais besoin de savoir, c'est s'il faisait confiance à cette équipe. Je lui ai demandé: 'fais-tu confiance à cette équipe?'. Et il m'a dit, 'bien sûr, mais j'ai besoin de récupérer les blessés'. J'ai vu un homme qui voulait continuer. "

Cela n'empêche pas le président de discuter avec d'autres prétendants. Comme un certain Xavi. "Je lui parle souvent parce que nous sommes amis, tout comme j'ai parlé avec Pep l'autre jour", a détaillé Joan Laporta.

Depuis sa prise de pouvoir en mars, c'est peu dire que Joan Laporta vit un début de règne compliqué. En proie à des gros problèmes financiers, il n'a pas pu prolonger Lionel Messi. Ce qu'il avait signifié haut et fort telle une promesse de campagne. Pour nos confrères, il est revenu sur l'un des transferts du siècle. "Je ne me suis pas fâché contre Messi, mais quand arrive le moment où les deux parties voient que cela ne peut pas se faire, il y a une certaine déception des deux côtés", avoue-t-il.

A un certain moment, il a tout de même cru que le sextuple Ballon d'Or ferait un geste pour son club de coeur. "Et je sais qu'ils avaient envie de rester mais ils avaient aussi beaucoup de pression à cause de l'offre qu'ils avaient. Je pense qu'ils savaient que s'ils ne continuaient pas, ils iraient au PSG. J'espérais qu'à la dernière minute il y ait un changement et qu'il joue gratuitement. J'aurais été complètement convaincu, mais nous ne pouvons pas demander à un joueur de niveau Messi de le faire."