Championnats étrangers Le duel entre l'AS Saint-Etienne et Lyon constitue un derby que tous les amateurs de Ligue 1 ne manqueraient pour rien au monde. Les deux équipes se sont affrontées dimanche soir et le spectacle était au rendez-vous. Lyon s'est finalement imposé 1-2 mais ce qu'on retiendra surtout, ce sont les tensions qui ont animé l'avant et l'après-match.


L'entraîneur des gardiens met le feu aux poudres

Dès l'échauffement, l'entraîneur des gardiens lyonnais Joël Bats a provoqué les supporters de Saint-Etienne en venant accrocher sur le but situé devant leur kop une écharpe de l'OL. Mécontents, plusieurs fans des Verts ont envahi le terrain.

En fin de partie, les joueurs étaient quant à eux surexcités suite au but victorieux inscrit par Lyon dans le temps additionnel. Et le retour aux vestiaires a été particulièrement houleux. Le président de l'OL Jean-Michel Aulas a accusé sur Canal + Stéphane Ruffier, le portier stéphanois, de l'avoir frappé.


Frappé? Pas frappé?

"L'un de nos médecins a fait une remarque en rentrant aux vestiaires. Fabrice Grange, qui est un ancien Lyonnais, un ancien de l'équipe de France, a cru bon de vouloir essayer frapper notre médecin. Alors que j'essayais de les repousser, Stéphane Ruffier est arrivé par derrière et m'a asséné un très grand coup dans le dos. Quand on est gardien de but, qui plus est pilote de Ferrari, je pense qu'on doit pouvoir garder ses nerfs", a déclaré Jean-Michel Aulas.

Mais Stéphane Ruffier a contesté ces attaques et accusations dans Le Parisien. Pour lui, il ne s'agit que d'une petite poussée. "Il y avait une altercation dans laquelle je n'étais pas impliqué. Mon entraîneur des gardiens, Fabrice Grange, était entouré de pas mal de gens qui le poussaient. Jean-Michel Aulas est arrivé, je ne sais pas pourquoi. Je n'ai fait que le repousser. Il dit que je l'ai frappé dans le dos, c'est scandaleux ! Si je l'avais fait, il n'aurait pas pu faire une interview avec Canal + trois minutes plus tard... Je n'attaque pas les gens dans le dos, et d'ailleurs je n'attaque personne, ce n'est pas mon éducation. [...] Ses déclarations sont honteuses."