Le Classico français se joue dans un contexte d’ultra-domination parisienne.

Cinq jours après avoir écrasé le Club Bruges, le PSG poursuit son chemin en Ligue 1 où, malgré deux défaites en cours de route, il trône largement en tête du classement. Avec Mbappé, Icardi, Neymar ou Di Maria, les Parisiens marchent actuellement sur l’eau. Les Marseillais connaissent quant à eux une saison en dents de scie avec quatre victoires, deux nuls et quatre défaites.

L’équipe entraînée par André Villas-Boas débarque donc pour ce 79e duel PSG-OM de l’histoire avec l’objectif premier de ne pas être ridicule. "On ne va pas à Paris pour participer à la fête du PSG", souligne le coach marseillais en conférence de presse. "On y va avec nos armes. On peut gagner mais les statistiques ne parlent pas en notre faveur."

Prendre les trois points au Parc des Princes relèverait de l’exploit et peut-être même du miracle. L’OM n’a plus battu Paris depuis novembre 2011 et n’est plus allé gagner sur la pelouse du PSG depuis le 28 février 2010. À l’époque, le PSG évoluait avec Claude Makélélé, Ludovic Giuly ou Guillaume Hoarau et l’OM avec Mathieu Valbuena, Lucho Gonzalez et… Steve Mandanda, toujours présent aujourd’hui. "Il n’y a pas de blocage vis-à-vis d’eux", conteste le portier marseillais. "C’est un fait. On a envie de gagner. On a eu des matchs où on les a accrochés."

Il y a dix ans , Paris était encore loin du Qatar et Kylian Mbappé, qui n’avait que 11 ans, regardait le match depuis son canapé. "Tu reviens dix ans en arrière et tu regardes", poursuit Villas-Boas. "Il y a eu 23 matchs, 17 défaites. Ça ne veut pas dire qu’on ne va pas là-bas pour jouer, on a plus à gagner qu’à perdre. Depuis 10 ans, il y a un milliard d’euros de différence en termes d’investissements. On va rêver et on va essayer de gagner comme quand les plus petits budgets viennent essayer de gagner au Vélodrome."

Notons que le PSG jouera sans Thomas Meunier, Neymar et Ander Herrera.