Championnats étrangers

Victime de cris racistes dimanche à Cagliari, où il a contribué à la victoire 1-2 de son nouveau club, l'Inter Milan, Romelu Lukaku a réagi lundi sur les réseaux sociaux. "Mesdames et Messieurs, nous sommes en 2019, et au lieu d'aller de l'avant, on recule", a regretté le Diable Rouge.

"Beaucoup de joueurs ont souffert de racisme ces derniers mois", a écrit Lukaku. "Le football est un jeu qui doit être apprécié par tout le monde, nous ne devons pas accepter la moindre forme de discrimination qui ferait honte à notre sport. J'espère que les fédérations de football du monde entiers vont réagir fermement contre tous ces cas de discrimination! Les réseaux sociaux (Instagram, Twitter, Facebook,...) doivent mieux travailler, tout comme les clubs de football, car tous les jours nous voyons au moins un commentaire raciste sous la publication d'une personne de couleur. Nous le disons depuis des années, et il n'y a toujours pas d'action. Mesdames et messieurs, nous sommes en 2019 et plutôt que d'avancer, on recule. Je pense que nous joueurs devons nous unifier et de faire une déclaration à ce sujet afin de garder ce jeu propre et agréable pour tout le monde."

Des "cris de singe" ont été lancé des tribunes au moment où Lukaku s'apprêtait à frapper un penalty pour l'Inter. Lukaku a marqué, pour donner l'avantage à son équipe (1-2) et ces cris, parfaitement audibles à la télévision italienne, ont continué quelques secondes.

Lukaku a jeté un regard furieux en direction de la tribune d'où sont partis ces cris avant d'être entouré par ses équipiers. Le match a repris normalement et n'a pas été arrêté par l'arbitre.

En avril, l'attaquant Moise Kean, alors à la Juventus, avait déjà été la cible des mêmes cris racistes après un but inscrit à Cagliari. Le Français Blaise Matuidi (Juventus) a également été victime de ces cris, lui aussi à Cagliari.