Paris s'est offert un court succès samedi contre Toulouse (1-0), une 14e victoire en autant de journées de Ligue 1, sans panache en l'absence de Neymar et Kylian Mbappé, espérés mercredi pour le choc contre Liverpool où il faudra montrer beaucoup plus.

Au Parc des princes, l'invincible leader du Championnat a étiré sa série victorieuse d'une unité face à un modeste adversaire (15e) malgré une prestation moyenne. Juste le minimum avant la réception des finalistes de la dernière édition de Ligue des champions.

L'entraîneur parisien Thomas Tuchel voulait éviter toute fausse note après une semaine difficile, lui qui a perdu sur blessure ses deux pépites Neymar (adducteurs) et Mbappé (épaule). En attendant leur retour, espéré dans quatre jours face aux Reds, il a pu compter sur l'inusable Edinson Cavani.

Sur la première occasion du PSG, démarrée sur une frappe d'Angel Di Maria repoussée, l'Uruguayen a régalé le public avec un enchaînement des deux pieds qui a fait mouche (9e).

Dos au but, "El Matador" s'est remis face à la cage de Baptiste Reynet d'une subtile déviation du pied gauche au-dessus de la jambe du défenseur Kelvin Amian, avant de conclure directement du droit en volée.

Après son triplé contre Monaco (4-0) avant la trêve internationale, le meilleur buteur de l'exercice précédent continue de soigner ses statistiques personnelles. Il en est désormais à 9 réalisations, en autant de rencontres.

De l'autre côté du terrain, son gardien Gianluigi Buffon, aligné aux dépens de l'international français Alphonse Areola, a passé une fin d'après-midi assez tranquille face à des Toulousains sevrés de ballon.

En première période, le doyen italien de 40 ans n'a eu qu'à sécuriser un centre de Mathieu Dossevi sans danger (15e) et une frappe de Max-Alain Gradel (40e), auteur par ailleurs d'une bicyclette au-dessus (38e). Ses seules grosses frayeurs sont intervenues en fin de partie sur un tir de Firmin Mubele, difficilement repoussé (76e) avec l'aide d'un partenaire, puis une frappe dans le temps additionnel.

Retour d'Alves

L'ancien portier de la Juventus Turin aura très probablement beaucoup plus de travail s'il venait à être titularisé mercredi -- l'option la plus probable -- face aux redoutables attaquants anglais Mohamed Salah, Roberto Firmino et Sadio Mané.

Le PSG ne s'est pas procuré beaucoup d'occasions non plus, même si Di Maria s'est démené sur le flanc gauche de l'attaque avec de jolis dribbles, des centres et de délicates passes entre les lignes.

Positionné à l'opposé sur l'aile droite, le jeune Moussa Diaby (19 ans) s'est lui aussi de nouveau illustré en offrant "l'intensité" souhaitée par Tuchel avant le match, que ce soit dans le repli défensif comme dans le jeu vers l'avant.

Autre bonne nouvelle pour l'entraîneur allemand: ses défenseurs Layvin Kurzawa et Dani Alves ont fait leur retour dans le groupe parisien après de longues semaines d'absence.

Si le latéral gauche français, opéré mi-septembre d'une hernie discale, n'est pas entré en jeu, le Brésilien de 35 ans a lui foulé la pelouse pour les vingt dernières minutes.

C'est un petit événement pour l'ancien joueur de la Juventus et du Barça, privé du Mondial-2018 à cause d'une grave blessure contractée il y a six mois et demi en finale de la Coupe de France.

Son come-back intervient aussi au meilleur moment pour Tuchel qui pourra s'appuyer sur l'expérience d'Alves, vainqueur de la Ligue des champions en 2009, 2011 et 2015, dans les deux derniers matches de groupe décisifs pour l'avenir du PSG en C1.

Thierry Henry gagne enfin avec Monaco en allant battre Caen

Un coup-franc de Radamel Falcao a permis à Thierry Henry, plus pragmatique dans ses options tactiques, de remporter sa première victoire comme entraîneur de Monaco, à Caen (1-0), samedi pour la 14e journée de Ligue 1.

Les Monégasques, qui n'avaient plus gagné depuis la 1re journée à Nantes (3-1), restent 19es et avant-derniers, mais avec 10 points, ils reviennent à 2 unités de leurs adversaires du soir, 17es.

Au moment de poser son ballon, à 20 mètres sur la gauche des buts normands, "El Tigre", qui n'avait pas réussi grand-chose de bon jusque-là, s'est longuement parlé. Tout seul, au ballon, à son pied, à lui-même ?

Toujours est-il que sa frappe caressée de l'intérieur du pied droit a lobé le mur pour venir retomber en feuille morte le long du poteau droit de Brice Samba qui n'avait pas bougé (55).

Le 5e but de la saison pour Falcao avait un goût de délivrance, et a tiré à Thierry Henry son premier vrai grand sourire sur la touche depuis son arrivée en Principauté en octobre.

Au coup d'envoi, l'ancien champion du monde qui n'avait glané qu'un point en Championnat, semblait avoir tiré quelques leçons des déconvenues en série subies avant la dernière trêve internationale.

Monaco frileux

Positionnés en 4-5-1, avec un trio Sofiane Diop- Aleksandr Golovin-Nacer Chadli derrière le Colombien, les joueurs de l'ASM se sont montré bien plus appliqués et prudents, pour ne pas dire frileux, à l'image des latéraux qui n'attaquaient plus comme des ailiers de débordement en possession du ballon.

Il faut dire que leurs adversaires du soir, qui n'avaient gagné que deux fois sur ses 23 derniers matches de Championnat et qu'une fois sur leurs 10 dernières réceptions à d'Ornano, n'affichaient pas non plus un allant offensif démesuré.

Hormis un centre de Casimir Ninga coupé aux six mètres de la tête par Claudio Beauvue, lancé, mais dont la reprise passait largement au dessus (11) et un corner direct de Fayçal Fajr dégagé au premier poteau sur sa ligne par Ronaël pierre-Gabriel (40), les joueurs de la Principauté n'avaient guère tremblé avant le but.

Il faut bien reconnaître qu'ils n'avaient pas non plus montré grand-chose offensivement, si ce n'est un coup-franc lointain tiré directement par Chadli et que Brice Samba avait préféré boxer (37).

Le bonheur a bien failli leur échapper dans les cinq dernières minutes, sur une déviation de Malik Tchokounté (85), puis sur une frappe lointaine de Yoël Armougom déviée en corner par Benaglio avant que le VAR ne vienne annuler un but caennais pour hors-jeu dans le temps additionnel.

Mais l'essentiel est préservé pour Monaco qui réalise son deuxième match sans prendre de but seulement cette saison. Mercredi, l'ASM n'aura plus rien à jouer en Ligue des champions, à l'Atlético de Madrid, avant de recevoir Montpellier et essayer de lancer enfin une série positive, la semaine prochaine.

Dijon-Bordeaux : deux buts refusés aux Girondins après utilisation de la VAR

Deux buts refusés pour hors-jeu après recours de la vidéo assistance : Bordeaux peut nourrir des regrets après avoir été accroché sur le terrain de Dijon (0-0), samedi en match de la 14e journée de Ligue 1.

Le premier but, inscrit par l'attaquant international guinéen François Kamano a été annulé à la 24e minute.

Sur un coup franc tiré de la gauche par Jaroslav Plasil, l'ancien bastiais avait devancé Cédric Yambéré et trompé Alex Runarsson de la tête.

Mais alors que les Dijonnais s'apprêtaient à engager, M. Letexier, a eu recours à la VAR et finalement pris la décision de refuser le but pour un hors-jeu de Kamano, sans toutefois consulter lui-même les images sur l'écran installé en bord de pelouse.

"Pour une fois que nous marquons deux buts, on nous les refuse. Autant sur le second il n'y a rien à dire, autant sur le premier, cette décision est très litigieuse", a commenté l'entraîneur bordelais Eric Bédouet.

"Je n'ai rien à reprocher à M. Letexier, un très bon arbitre. C'est la deuxième fois que cela nous arrive cette saison. Vous marquez, vous êtes dans l'euphorie et après plusieurs minutes d'attente, le but est annulé. Pour les joueurs, ce n'est pas facile à gérer", a-t-il ajouté.

C'est à nouveau en raison d'un hors-jeu que le second but bordelais a été refusé à Yann Karamoh à la 65e minute.

L'international espoir français avait repris à bout portant une reprise de la tête de Younousse Sankharé repoussée par Runarsson.

Et cette fois-ci, c'est Sankharé qui a été signalé hors-jeu.

Dans ce second cas également, l'arbitre n'a pas jugé utile de visionner les images sur l'écran mis à sa disposition.

"Personnellement, je n'en veux pas à l'arbitre, mais je me demande qui décide de quoi. Je ne suis pas favorable à l'assistance vidéo. Et les décisions prennent trop de temps. Il faudrait que ça aille plus vite", a déclaré Sankharé.

Bordeaux reste 12e du classement alors que Dijon, qui n'a plus gagné depuis la 3e journée, reste 18e.