Quatre victoires de suite, six succès sur les sept derniers matches: pour l'OL, la belle série semble réellement prendre forme. Encore sans pitié pour Metz à Saint-Symphorien (3-1), les Lyonnais ont prouvé qu'avec un match par semaine en raison de leur absence en Coupe d'Europe, ils faisaient partie des effectifs les plus frais du Championnat.

Entre le penalty arrêté par Anthony Lopes, l'impact de Memphis Depay, buteur, et l'efficacité de Karl Toko-Ekambi, auteur d'un doublé et impliqué désormais sur les six derniers buts lyonnais, les motifs de satisfaction sont nombreux pour les hommes de Rudi Garcia, malgré l'exclusion tardive du jeune Rayan Cherki.

Et le milieu Houssem Aouar, sanctionné lors du dernier match par son club pour ne pas avoir respecté son programme d'entraînement, a pu retrouver sereinement les pelouses.

Lyon siège désormais au troisième rang avec 26 points, à deux longueurs du Paris SG, victorieux samedi à Montpellier (3-1) avec le 100e but de Kylian Mbappé sous le maillot parisien, et à égalité de points avec Lille qui le dépasse à la différence de buts.

Le duel de la 14e journée dimanche prochain entre le PSG et Lyon s'annonce déjà décisif.

Un peu plus tôt dans la journée, Le Losc avait su s'offrir le choc des prétendants au podium contre Monaco (2-1), en faisant la différence en seconde période grâce à Jonathan David (53e) et Yusuf Yazici (65e).

Ursea, première timide mais "sereine"

La semaine est parfaite pour les Dogues, qui mettent fin à une série de quatre victoires monégasques, trois jours après avoir validé leur qualification pour les 16es de finale de la Ligue Europa.

Monaco reste en embuscade (5e, 23 points), juste derrière Marseille (4e, 24 pts), vainqueur vendredi à Nîmes (2-0) mais qui compte toujours deux matches en retard.

Nice, autre prétendant initial aux places européennes, était dans une toute autre optique deux jours après l'éviction de Patrick Vieira.

Son ex-adjoint roumain Adrian Ursea, propulsé entraîneur principal du Gym à Reims, a vécu une première mitigée mais "sereine" selon lui, en tenant le match nul dans le brouillard en Champagne (0-0).

Après deux revers de suite en Ligue 1 et une élimination en C3, Nice se contentera de ce point à l'extérieur et de ce 11e rang (18 pts) au classement.

Un peu plus haut, Angers continue de confirmer: solides contre Lorient (2-0), les Angevins, 7es, comptent 22 points déjà et font un joli rapproché, en doublant notamment Rennes (9e, 19 pts), tristement battu chez lui samedi par Lens (2-0) après son élimination en Ligue des champions.

Nantes en crise

Les Lorientais s'enfoncent un peu plus avec quatre défaites de suite et huit points seulement, autant que la lanterne rouge Dijon, tenue en échec par Saint-Etienne (0-0).

La crise semble plus tenace encore du côté de Nantes: les Nantais enchaînent les performances décevantes, et la large défaite contre Strasbourg (4-0), une autre équipe en méforme, ne risque pas d'arranger l'avenir de Christian Gourcuff.

Le classement n'est encore pas alarmant, avec une 14e place (13 pts), mais la dynamique, et surtout la manière dans cette défaite à domicile ont de quoi inquiéter l'entraîneur nantais, dont l'équipe reste sur quatre matches sans victoire dont deux défaites.

"J'ai honte", a lancé le gardien Alban Lafont sur la chaîne Téléfoot. "Si on continue comme ça, on va se mettre en danger". Quant à Gourcuff, il a évacué les interrogations: "Si je ne conviens pas à la situation, c'est pas un souci."

Dans une toute autre dynamique, Bordeaux a fait son entrée dans la première moitié de tableau (10e) en battant Brest (1-0) grâce à un but tardif d'Hatem Ben Arfa, son deuxième sous ses nouvelles couleurs.

ama/chc