Championnats étrangers

Marseille a pris son premier point de la saison, samedi à Nantes (0-0) pour la 2e journée de L1, mais sa performance, parfois insipide, a rappelé l'ampleur de la tâche pour le nouvel entraîneur André Villas-Boas.

Après sa défaite inaugurale contre Reims (2-0), l'OM doit une fière chandelle à son gardien international Steve Mandanda, déterminant pendant le dernier quart d'heure face aux assauts des Canaris.

Même si la recrue phocéenne Dario Benedetto a raté un penalty (31), les regrets seront du côté des Nantais, pas loin d'offrir une victoire à Christian Gourcuff pour ses débuts sur le banc. "Ma principale satisfaction, c'est la qualité du jeu. Il y a eu une évolution par rapport à Lille. On a été plus percutants, mais on s'est aussi mis en danger", a remarqué le nouvel entraîneur des Canaris.

L'entrée en jeu de Samuel Moutoussamy (67) a mis le feu à la surface marseillaise, et une superbe frappe enroulée d'Abdoul-Kader Bamba a obligé Mandanda à se détendre une première fois (76). L'action a continué puis une tête de Girotto et un tir tendu d'Abdoulaye Touré ont redonné de l'enthousiasme aux Canaris.

Deux minutes plus tard, le jeune Imran Louza tentait de lober Mandanda trop avancé mais sans trouver le cadre (78). Et juste après, une double intervention de Mandanda, suite à un centre de Bamba, puis sous la menace de Louza (80), évitait la défaite à l'OM.

Marseille a beaucoup souffert, et Villas-Boas devra trouver des solutions pour remporter son premier succès en L1. Mais Florian Thauvin, blessé, devrait faire son retour à Nice le 28 août, un des trois matches de la 3e journée reportés de trois jours à la demande du ministère de l'Intérieur, pour cause de sommet du G7 à Biarritz.

Benedetto se rate

Les Canaris ont, eux, été encourageants dans l'animation, surtout en début et en fin de match, mais ils auraient pu tout perdre à la demi-heure de jeu.

Sur un corner bien tiré par Payet (27), auteur des deux seuls tirs cadrés de l'OM en première période, l'arbitre Benoît Bastien a décidé de siffler un penalty, après consultation de la VAR.

Le coude d'Abdoulaye Touré, au duel avec Boubacar Kamara, avait touché le ballon. Un jugement sévère pour le FC Nantes, mais conforme aux nouvelles règles. Le nouveau buteur de l'OM, Dario Benedetto, s'est vu confier la mission par Payet, mais l'Argentin a manqué l'occasion d'ouvrir son compteur en tirant dans les nuages (31).

"C'est la première et la dernière fois...", a regretté Andre Villas Boas, l'entraîneur de l'OM, suite à cette décision de Payet, qui avait "beaucoup travaillé les penaltys pendant la pré-saison. Quand j'ai vu que Dario allait le tirer, j'étais très énervé", a dit le Portugais en conférence de presse.

Au pied de la Tribune Loire, fief des inconditionnels absolus, une immense banderole avait été déployée avant le coup d'envoi: "Rendez-nous le FCN". Les supporters nantais ont découvert un Mehdi Abeid très solide, en milieu de terrain, et une équipe jeune mais bien organisée par Christian Gourcuff, après une semaine de travail seulement.

A guichets fermés pour ce premier rendez-vous à domicile de la saison, une nouvelle ère a peut-être commencé. Il a juste manqué un petit but pour que le scénario soit parfait.

Lille, réduit à dix, perd chez son voisin Amiens

Lille, réduit à dix dès la 39e minute, a manqué de mordant chez le voisin picard, concédant une courte défaite 1-0 sur un but de Serhou Guirassy (72e), samedi, lors de la 2e journée de Ligue 1.

Le Losc, dont l'attaque a été remaniée cet été avec les départs de Nicolas Pépé et Rafael Leao, n'a pas encore retrouvé la formule qui a fait de lui le dauphin du Paris-SG la saison dernière. Après l'exclusion de Boubakary Soumaré (39e), les recrues Yusuf Yazici et Victor Osimhen, auteur d'un doublé pour son premier match la semaine dernière, n'ont pas réussi à faire la différence.

Monaco s'écroule à nouveau, chez le promu Metz

Une semaine après sa défaite contre Lyon (3-0), Monaco a essuyé un nouveau revers inquiétant, samedi chez le promu Metz (3-0), qui le laisse à la dernière place de Ligue 1 après la deuxième journée.

La première titularisation de la recrue Wissam Ben Yedder n'a pas caché la principale difficulté du moment des Monégasques: leur défense. Habib Diallo (11, 54) et Renaud Cohade (67) ont fait leur miel des errements de l'ASM, réduit à dix dès la 39e après le carton rouge de Ruben Aguilar.

Bordeaux sauve les apparences devant Montpellier

Bordeaux, apathique pendant une mi-temps, a su trouver les ressources après la pause pour obtenir le nul (1-1) à domicile contre Montpellier, samedi à l'occasion de la 2e journée de L1.

Une mi-temps chacun et un partage des points au final logique. Girondins et Héraultais, défaits lors de la journée inaugurale, ont comptablement lancé leur saison au Matmut Atlantique même si les regrets seront nombreux autant d'un côté que de l'autre.

Chez les locaux d'abord qui rêvaient d'un autre dénouement après la débâcle ramenée d'Angers et la fronde de plus en plus prégnante à l'égard des dirigeants américains qui semblent avoir du mal à investir durant ce mercato.

Du côté des visiteurs aussi qui, après avoir mené un bout de temps, ont bien pensé arracher la décision à deux minutes du terme par Camara, signalé hors-jeu par la VAR après deux minutes d'attente.

Malgré l'absence de leurs deux meneurs Savanier et Mollet, blessés, les hommes de Michel Der Zakarian ont tout bien fait pendant plus d'une heure. Sérieux, gênant les premières relances et les phases de construction très basses de leurs hôtes, ils ont rapidement porté le danger devant le but de Costil, d'abord de loin. Puis sur une action construite, Laborde a servi Delort qui a ouvert le score d'une reprise en ciseau acrobatique du plus bel effet (0-1, 22e).

Cette ouverture du score a crispé les hommes de Paulo Sousa, qui n'en menaient déjà pas très large à ce moment-là malgré la titularisation d'entrée de l'ancien Gunner Laurent Koscielny.

Sortis sous les sifflets à la pause, les Girondins, avec Maja remplaçant Basic, sont revenus avec de bien meilleures intentions à l'image de Kalu, auteur d'une frappe sur le poteau de Rulli (46) puis une autre juste au-dessus (49).

Leur salut est venu de Maja qui a profité d'une erreur d'appréciation de Hilton pour s'échapper, résister au retour de Souquet et marquer dans le but déserté par Rulli venu à sa rencontre (1-1, 69e).

Par la suite, les Bordelais ont poussé pour forcer la décision mais leurs tentatives, de loin, sur coup-francs notamment, n'ont pas rencontré le succès.