Championnats étrangers Découvrez tous les résultats de Ligue 1.

Méconnaissable et étrillé à Guingamp, Monaco perd du terrain

Guingamp - Monaco (3-1)

Un Monaco des très mauvais soirs a été étrillé (3-1) samedi par Guingamp, euphorique, et voit revenir Lyon et Marseille sur ses talons à quatre journées de la fin de la L1.

Un tout petit point, voilà ce qui sépare encore Monaco 2e avec 70 unités de Marseille (3e) et Lyon (4e). Une avance bien fragile, même si le club de la Principauté affrontera trois équipes mal classées (Amiens, Caen et Troyes) lors des quatre dernières journées.

Ce succès place en revanche Guingamp à la 10e place avec 45 points, soit trois de moins seulement que Rennes, 5e et potentiel européen. Mais Nice et Montpellier qui s'affrontent, ou Saint-Étienne qui reçoit Troyes, pourraient agrandir cet écart dimanche.

Peut-être encore sous le coup de la correction reçue du PSG (7-1) dimanche, lors du match du sacre parisien, les Monégasques ont été en-dessous de tout pendant une heure.

Affaiblis par de nombreuses absences - Danijel Subasic, Djibril Sidibé, Stevan Jovetic et Keita Baldé, notamment - les Rouge et Blanc ont été privés de Falcao, blessé à l'échauffement.

Une situation qui a poussé Leonardo Jardim à titulariser Adama Diakhaby en pointe, un poste qui n'est absolument pas le sien.

Cela suffit-il à expliquer qu'une équipe qui n'a plus rien à gagner inflige une telle leçon à une équipe qui a tout à perdre ? Pas sûr.

Pour ne rien arranger, l'ASM, déjà menacée par une frappe de Jonathan Martins Pereira (2) puis une tête de Marcus Thuram (16) sur corner, s'est retrouvée à dix après 20 minutes de jeu.

Jemerson n'a en effet rien trouvé de mieux que de mettre le bras volontairement pour stopper sur sa ligne un tir de Thuram qui filait au but.

Carton rouge, penalty, but de Jimmy Briand à contrepied, l'enchaînement était limpide et Monaco déjà sur une pente glissante (1-0, 22).

Douze minutes plus tard, Étienne Didot plantait la deuxième banderille, d'une volée chirurgicale aux 16 mètres dans le petit filet opposé de Sy, après une offrande de Clément Grenier (2-0, 34).

Jardim avait beau remplacer Youri Tielemans par Kévin N'Doram dès la 35e minute, l'hémorragie se poursuivait et sans Sy, l'addition aurait été bien plus lourde.

Le gardien remplaçant intervenait superbement sur des frappes de Thuram (23), de Ludovic Blas (31), une reprise de Nicolas Benezet au premier poteau (67) puis sur une frappe de Martins Pereira qui partait en lucarne (68) avant d'être sauvé par son poteau après une déviation de Jeremy Sorbon (68).

Il n'a malheureusement rien pu sur une magnifique action où Benezet a provoqué puis facilement éliminé Jorge avant de centrer à ras de terre. Briand a laissé passer et Thuram, du plat du pied droit a enfoncé le clou (3-0, 47).

Almamy Touré avait beau réduire le score de la tête (3-1, 63), cette défaite ne fera peut-être pas mal à Monaco qu'au classement...


Marseille répond à Lyon en écrasant Lille

Marseille - Lille 5-1

Encore un festival! L'Olympique de Marseille a massacré Lille (5-1) avec des doublés de Florian Thauvin et Kostas Mitroglou pour revenir à hauteur de Lyon dans la course à la 3e place, samedi pour la 34e journée de Ligue 1.

Avec ce nouveau carton, l'OM reste au niveau de l'OL avec 69 points mais n'a refait assez de son retard à la différence de but (+31 contre +39) sur Lyon, qui l'avait soignée la veille contre Dijon (5-2). Monaco (2e), attendu à Guingamp samedi soir (20h00) n'a plus qu'une longueur d'avance sur le duo olympique...

Mais la bonne affaire n'est pas seulement comptable. L'OM a aussi dopé son incroyable confiance du moment et confirmé la grande forme de ses hommes forts, son duo de créateurs, Dimitri Payet et Thauvin. L'effet Leipzig dure encore, dix jours après ce rocambolesque quart de finale d'Europa League (5-2).

A Troyes, les hommes de Rudi Garcia avaient remonté deux fois le score (3-2): cette fois, ils ont vite pris le large face à un LOSC dépassé et avant-dernier, doublé à la différence de buts par Troyes, en déplacement à Saint-Étienne dimanche (17h00).

Le malheureux gardien Hervé Kouakou Koffi symbolise la faillite psychologique de Lille. Coupable d'erreurs de main, et ce dès son premier ballon, il n'a jamais pu endiguer les vagues des Ciel et Blanc.

Florian Thauvin lui, en revanche, est euphorique. Il a marqué à chacun des trois matches de la série en cours. Le voilà à 19 buts en L1, 22 toutes compétitions confondues.

Payet laisse le penalty à Thauvin

Il a d'abord coupé de la tête un malin centre au premier poteau de Bouna Sarr (12) puis a marqué sur penalty.

Ce coup de pied aux 11 m est un autre signe de la bonne santé du collectif à l'OM. Thauvin et Payet s'étaient un peu accrochés pour tirer un coup franc à Troyes (frappé par Flotov)? "Dim", frappeur habituel, a laissé à son coéquipier botter le penalty qu'il venait pourtant lui-même d'obtenir, percuté par Hamza Mendyl.

A 2-0, Lille, qui avait inquiété Yohann Pelé, s'est éteint pour de bon et le fossoyeur avait une barbe. Kostas Mitroglou a signé deux buts en trois minutes.

Sur le premier, le Grec a marqué de la tête la deuxième passe décisive en six jours de Jordan Amavi; sur le second, il a repris de volée une tête en retrait de Lucas Ocampos intelligemment jouée.

Très en jambe après sa suspension contre l'Estac, Lucas Ocampos a signé le 5-1 (68), sur une nouvelle "assist" de Payet, qui a eu le 6-1 au bout du pied mais n'a trouvé que le poteau (71).

Seuls bémols, l'OM a perdu Hiroki Sakai et sa concentration, laissant Yassine Benzia réduire le score (54) en dribblant trop aisément dans la surface marseillaise.

Encore aligné côté gauche, le Japonais Sakai est sorti en boitant au bout de 20 minutes, remplacé par Jordan Amavi. Il semble s'être tordu une cheville en disputant un ballon à Kévin Malcuit.

A propos d'infirmerie, Rolando lui effectuait son retour après trois semaines d'absence et a joué une bonne heure, avant d'être remplacé par Frank Anguissa (63) et relayé par Luiz Gustavo en défense centrale.

Au final, la fête fut belle dans un Vélodrome bien garni (52.530 spectateurs), qui devrait être archi-comble pour la demi-finale aller de C3 contre Salzbourg, jeudi. Si l'OM garde cet élan, il peut rêver de remplir le stade de Lyon pour la finale...