Championnats étrangers

Saint-Etienne s'est imposé vendredi sur le terrain de Dijon (1-0) en match avancé de la 26e journée de Ligue 1, grâce à un but du défenseur serbe Neven Subotic, et reprend provisoirement la 4e place du classement à trois longueurs de Lyon (3e).

Si les Verts, qui défieront Marseille dimanche dans son stade Vélodrome, s'accrochent à leur ambition de retrouver l'Europe, leur effectif pourrait s'avérer un peu juste dans le sprint final.

Les Stéphanois ont perdu leur défenseur latéral brésilien Gabriel Silva, sorti à la 57e minute et qui souffre d'une rupture du tendon d'Achille et qui sera opéré en début de semaine prochaine, selon un communiqué du club diffusé vendredi en fin de soirée. Sa saison est évidemment terminée.

Elle l'est déjà pour le milieu Kevin Monnet-Paquet, blessé dimanche contre Paris Saint-Germain et opéré cette semaine d'une rupture ligamentaire du genou gauche.

Conte le DFCO, l'ASSE se présentait aussi sans le défenseur Mathieu Debuchy (cuisse), le milieu Valentin Vada (genou), les attaquants Romain Hamouma (cuisse) et Yannis Salibur (pubis).

Saint-Etienne a pris un avantage décisif à la 64e minute par Subotic qui reprenait de volée, avec un rebond fatal au gardien Bobby Allain, un corner joué de l'aile droite par Wahbi Khazri. C'est le premier but du Serbe cette saison en Ligue 1.

Ce but est venu récompenser une évidente domination des Verts, perceptible dès les premières minutes.

Plus incisifs, les joueurs de Jean-Louis Gasset, après avoir été inquiétés par un tir de Julio Tavares (3), se sont procurés les meilleures occasions de la première période par Youssef Aït-Benasser (6, 41), Khazri (22, 26) et Rémy Cabella (43).

Revenus sur le terrain avec semble-t-il de meilleures intentions, les Dijonnais se sont créés une nouvelle opportunité par le défenseur marocain Fouad Chafik (48).

Mais les Foréziens ont progressivement le dessus.

Cabella, quelques minutes avant le but de Subotic, s'est ainsi procuré une double occasion, obligeant Allain à un arrêt délicat (58). Mené au score, le DFCO a tenté d'égaliser, mais de manière trop désordonnée, et ne donnant pas toujours l'impression de jouer sa survie en Ligue 1.

Senou Coulibaly a placé un coup de tête hors du cadre (81) et Cédric Yambéré s'est vu refuser un but en raison d'une position de hors-jeu de son coéquipier Naïm Sliti dans le temps du temps additionnel (90 + 4). Quelques minutes plus tôt, Allain a évité à son équipe une défaite plus large en repoussant un tir d'Arnaud Nordin (90 + 1).

Au final, Dijon, qui avait éliminé Saint-Etiene en 8e de finale de la coupe de France (6-3) au stade Geoffroy-Guichard, reste sur une série de quatre défaites en championnat et est toujours 18e et barragiste avec 20 points, un de mieux que Caen (19e) et un de retard sur Amiens qui joue samedi contre Nice.

Lille, inefficace, accroché à Strasbourg

Lille, dominateur mais maladroit, a été tenu en échec sur la pelouse de Strasbourg (1-1) et a enchaîné un deuxième match nul consécutif, vendredi lors de la 26e journée de Ligue 1.

Le dauphin du Paris SG, qui avait ouvert le score par Jonathan Ikoné juste avant la mi-temps (42e), a gaspillé plusieurs occasions et s'est fait reprendre par de valeureux Strasbourgeois, qui ont égalisé par Anthony Gonçalves (68e).

"Les joueurs ont la sensation d'avoir perdu deux points (...) Le regret, c'est de ne pas avoir marqué ce deuxième but malgré plusieurs situations, car pendant 60 minutes, on a été bon, voire très bon", a souligné Christophe Galtier, l'entraîneur nordiste.

Une semaine après avoir été accroché à domicile par Montpellier (0-0), le Losc, qui restait sur cinq succès à l'extérieur en championnat, a ainsi manqué l'opportunité de mettre la pression sur son premier poursuivant, Lyon, qui clôturera la journée à Monaco dimanche.

Après ce sixième nul de la saison, les Dogues totalisent 51 points et ne comptent plus que cinq longueurs d'avance sur l'OL, qui pourrait se rapprocher grandement en cas de succès sur le Rocher.

Le Racing, qui n'avait pris qu'un point sur les trois dernières rencontres, s'est rassuré en livrant une prestation solide et remonte provisoirement à la huitième place avec 37 unités au compteur.

"D'une manière générale, je suis satisfait, car on a été difficultés en première période, a reconnu Thierry Laurey, le technicien alsacien. On est satisfait d'avoir redressé la tête en seconde période."

Après un début de match équilibré, le Losc prend les choses en mains et multiplie les offensives.

Pépe en manque de réalisme

Le gardien alsacien Matz Sels voit alors déferler de multiples vagues jaunes et doit s'employer pour repousser deux frappes de Rafael Leao (21e) et Nicolas Pépé (22e). Et quand il semble battu, le meilleur buteur lillois tire juste à côté (31e).

Le portier strasbourgeois ne peut en revanche rien sur la frappe d'Ikoné, qui marque avec l'aide du poteau sur un bon service de Leao (0-1, 43e). L'ancien Montpelliérain, auteur de trois passes décisives depuis le début de l'année 2019, n'avait plus marqué depuis cinq mois.

Le Racing, qui avait bien débuté, s'est petit à petit recroquevillé face à la supériorité technique des Lillois et n'a quasiment jamais inquiété la défense nordiste en première période, hormis sur une tête de Ludovic Ajorque non cadrée (32e).

Après la pause, les Dogues continuent de confisquer le ballon face à un RCSA qui ne se livre pas mais qui joue quand même à fond ses quelques situations offensives, surtout après l'entrée de Lebo Mothiba (58e).

Sur l'une d'elles, Gonçalves bénéficie d'un contre favorable et fusille à bout portant un Mike Maignan impuissant (1-1, 68e).

Les Strasbourgeois punissent ainsi des Lillois inefficaces, à l'image de Pépé, qui tergiverse et manque son duel avec Sels (56e), lequel se détend bien pour repousser une frappe tendue de Jonathan Bamba peu après(60e).

La fin de match est beaucoup moins animée entre des Lillois refroidis par l'égalisation et des Strasbourgeois pas mécontents de marquer encore un point face au dauphin du leader, comme à l'aller (0-0).