Manchester United l'a annoncé dans un communiqué publié sur son site. Les Red Devils ont expliqué que la décision a été prise sur base des "considérations de sûreté et de sécurité par rapport aux manifestations d'aujourd'hui".

"Des discussions vont maintenant avoir lieu avec la Premier League pour trouver une nouvelle date", a précisé le club.

En début d'après-midi, des milliers de supporters s'étaient rassemblés pour manifester autour du stade contre la famille Glazer, les très impopulaires propriétaires américains du club.

Dans le même temps, des dizaines de supporters s'étaient massés devant l'hôtel où étaient réunis les joueurs, pour empêcher le départ des bus vers le stade.

Détestés par une bonne partie du public, depuis le rachat par endettement du club en 2005, qui a plombé ses comptes de plusieurs centaines de millions d'euros à rembourser, les Glazer ont commis une nouvelle erreur il y a deux semaines en participant au projet de Super Ligue européenne dissidente.

Ils s'étaient rapidement retirés avec tous les clubs anglais, présentant même des excuses dans une lettre ouverte.

Cela n'a pas suffi à calmer la frange la plus radicale des fans de MU, qui a même pénétré dans l'enceinte du stade pour aller sur la pelouse et dans les gradins, toujours interdits aux supporters en raison du Covid.

"Vous pouvez acheter notre club mais vous ne pourrez pas acheter notre coeur et notre âme", pouvait-on notamment lire sur une bannière.

L'une des principales conséquences de ce report est que Manchester City, qui aurait été sacré champion en cas de victoire de Liverpool, devra attendre.

Si le match n'est pas reprogrammé avant, City, qui affronte le Paris Saint-Germain en demi-finale retour de la Ligue des champions mardi, pourra, au plus tard, s'assurer le titre en recevant Chelsea samedi prochain.