Les Reds ont infligé une véritable correction à Arsenal.

Évidemment, il vaut mieux éviter de s’enflammer. Liverpool s’est déjà retrouvé premier durant les fêtes avant de se planter douloureusement dans les mois suivants.

Mais tout de même. Avec neuf points d’avance sur le deuxième (Tottenham), dix sur le troisième (Manchester City, qui joue ce dimanche à Southampton), un trio d’attaquants qui marchent sur l’eau (triplé de Roberto Firmino, treizième but en championnat pour Mohamed Salah face à Arsenal), un effectif en totale osmose avec son coach et 54 points dans la poche (bulletin de 90 % !), difficile de ne pas se projeter déjà en mai.

Surtout quand on voit ce qu’a produit Liverpool contre les Gunners, un club qui connaît une période moins bonne, mais reste un adversaire sérieux, surtout avec Pierre-Emerick Aubameyang en pointe.

Las, le Gabonais n’a touché que treize petits ballons à Anfield Road, dont six venaient juste après les buts. C’est dire si les Londoniens n’ont pas existé passées les onze premières minutes…

"On n’a pas beaucoup concédé cette saison (huit fois, pour être exact, NdlR) , donc c’était difficile de savoir comment on allait réagir, surtout que c’était le premier but du match. Mais ce fut brillant", se félicitait Jürgen Klopp à l’issue de ce récital.

"Neuf points d’avance sur City ? Dimanche, ce ne sera peut-être plus que sept points et après le prochain match, que quatre, ajoutait-il. On a tous entendu le résultat de Tottenham, mais pensez-vous qu’on a fait la fête ? Je n’ai pas vu un seul sourire dans le vestiaire."

Le jeudi 3 janvier, Liverpool se rendra à l’Etihad, dans ce qui pourrait être un moment crucial du championnat. À Kevin De Bruyne et ses amis de réagir pour inverser la tendance. Entre la méforme de Skyblues toujours capables du meilleur et l’espèce de transe dans laquelle semble baigner Liverpool, on en salive d’avance !