En football, la vérité d'un jour n'est vraiment pas celle du lendemain. Demandez donc à Philippe Clement. Décrié au début de son aventure à Monaco, l'ancien coach de Bruges a mis tout le monde à ses pieds. L'ensemble du Rocher est unanime: le Belge de 48 ans a sauvé sa peau.

Pour comprendre cette situation, un retour en arrière s'impose. L'ASM joue la 28e journée et s'incline à l'extérieur face à Strasbourg (1-0). Cette défaite est lourde de conséquence: le club est huitième à neuf points de la Ligue des champions. L'objectif fixé par la direction semble impossible à atteindre. Dans un papier assez affirmatif, le (souvent) très bien informé quotidien L'Equipe annonce que le Belge peut déjà faire ses valises l'été prochain. Mais c'est très mal connaître Philippe Clement. "Un journaliste a lancé cette information. Et tous les médias ont suivi", a-t-il expliqué à La Tribune ce lundi. "Cette histoire n'était absolument pas vraie. Cette information sortait du club, car à l'intérieur tout le monde était content du travail. Mais pas des résultats."

Ce vendredi, le journal L'Equipe annonce que l'entraîneur a retourné l'opinion des dirigeants en sa faveur. "Philippe Clement a réussi à inverser la tendance à Monaco", titre le journal. "Convaincu par le redressement, le patron du club est désormais prêt à démarrer la saison prochaine avec Clement, même si les deux dernières journées ne se passent pas bien. Après plus de quatre mois sous pression, le technicien n'a donc jamais été aussi serein et il peut préparer la suite avec Mitchell", précisent nos confrères.

Un coach apprécié par son groupe

L'Equipe n'est pas le seul média à avoir encensé le coach. So Foot a également écrit sur le sujet, tentant d'expliquer "la recette d'un retour en grâce". Et clairement, le Belge n'y est pas étranger. Le coach a surtout travaillé un aspect primordial du foot moderne: le physique. "Quatre mois plus tard, son équipe semble bien plus au point dans ce domaine", estime So Foot.

Ses joueurs semblent aussi apprécier la méthode plus patiente que son prédécesseur. "Avec le coach Kovač, on enchaînait les bornes avant de toucher le ballon, maintenant on intègre le ballon, on prend plus de plaisir parce qu’on est footballeur avant tout", a commencé le milieu Yousouf Fofana pour RMC Sport. "Il est plus calme, patient, dans la durée, et je pense qu’on le ressent. Même si on gagne par des petites marges, j’ai l’impression qu’on est beaucoup plus dangereux en fin de match."

Depuis cette fameuse claque subie contre la bande de Matz Sels, les Monégasques tournent à plein régime. Et restent sur une incroyable série de huit victoires d'affilée. Comment expliquer ce regain de forme? Pour l'ancien défenseur, la malchance a joué un rôle prépondérant. "Les deux premiers mois, nous avons eu 17 cas de Covid. Entre cela et les blessures, nous avons manqué de beaucoup de joueurs. Aujourd'hui, tout le monde est content de la progression du groupe", a-t-il également expliqué dans l'émission de la RTBF.

Ce samedi, l'ASM affronte Brest et tentera d'enchaîner une neuvième victoire de rang. D'autant plus que Rennes a perdu cette semaine contre Nantes. Pas de quoi faire perdre la boule au pragmatique entraîneur. "Naturellement, c'est mieux que les équipes autour de nous perdent des points. Mais je suis plus en train de me concentrer sur le match contre Brest que sur les autres résultats", a-t-il expliqué en conférence de presse.

L'autre bonne nouvelle est qu'il ne doit plus se soucier de son avenir. Il s'inscrira bel et bien sur le Rocher !