Découvrez les résultats de la Premier League.

Liverpool a stoppé le retour vers les sommets de Manchester United en décrochant le match nul à Old Trafford (1-1), dimanche en clôture d'une 21e journée de Premier League, qui avait vu un peu plus tôt Everton écoeurer Manchester City (4-0).

Au classement, ces médiocres résultats mancuniens ont sans doute déjà soufflé les derniers espoirs d'assister à une parade en bus pour fêter le titre en fin de saison.

Manchester City est 5e (42 points) à dix longueurs du leader Chelsea, tandis que ManU reste 6e à 12 points (40 pts).

Pour Liverpool, ce nul est aussi une piètre opération comptable: dans leur poursuite des "Blues", les "Reds" concèdent deux nouveaux points de retard. Ils voient même Tottenham les doubler pour la 2e place à la différence de buts (ex aequo 45 pts).

Il n'y aura pas de dixième victoire consécutive pour les "Red Devils", qui marchaient sur l'eau depuis quelques semaines.

Chez eux, ils ont toutefois montré un bel état d'esprit, après s'être heurtés à la défense de Liverpool ou à leur propre maladresse toute la rencontre.

Et c'est même sur une main de Paul Pogba à la 26e minute que les hommes de José Mourinho ont encaissé l'ouverture du score. Le Français, peu performant dimanche et qui venait de rater l'ouverture du score quelques minutes auparavant, manquait son duel avec Lövren et repoussait sans le vouloir le ballon du bras.


"C'est mérité"

Milner transformait son sixième penalty pour donner l'avantage aux siens.

Si, les "Red Devils" ne baissaient pas le pied, ils n'étaient toutefois pas tout de suite récompensés. Mkhitaryan trouvait un Mignolet à la main ferme (41) puis son centre pour Martial, très entreprenant, était trop en retrait (54), gâchant ainsi une contre-attaque jusque-là parfaite.

Mais depuis deux mois, Mourinho a inculqué à son groupe son esprit combattant. Cela a fini par payer.

Ibrahimovic trouvait la faille de la tête, sur un centre de Valencia après une tête sur le poteau de Fellaini (84).

"Ce n'était pas un match de grande qualité", a commenté Mourinho sur SkySports. "Je crois que les deux équipes ont déjà fait mieux cette saison. Nous avons eu une approche plus directe en deuxième période et nous avons réussi à prendre ce point. Et c'est mérité."

- 'Affreux' -

Un peu plus tôt, Pep Guardiola avait encaissé sa pire défaite en tant qu'entraîneur en championnat.

Son équipe, plus maladroite et emprunté qu'à son habitude, a chuté chez un Everton inspiré (4-0). Yaya Touré l'avait dit avant le match, ManCity: "Nous devons gagner à Everton si nous voulons rester dans la course au titre cette saison." C'est raté.

Rien n'a réussi ou presque aux "Citizens", pourtant dominateurs par moments au Goodison Park. Peu inspirés en attaque, ils se sont régulièrement pris les pieds dans le milieu de terrain des "Toffees" ou n'ont pas réussi à construire leurs offensives en relançant proprement de l'arrière.

Et c'est sur une relance complètement manquée de Clichy que les "Toffees" de Ronald Koeman ont ouvert le score. A la récupération, le jeune Tom Davies (18 ans) lançait Mirallas. L'ancien Lillois remettait en retrait pour Lukaku qui prenait Bravo a contrepied (33) pour son 12e but en championnat.

Deux minutes après la pause, c'était au tour de Touré de perdre le ballon. Barkley trouvait Mirallas à l'entrée de la surface et le Belge plaçait un tir croisé parfait (2-0, 47).

Sur le banc, Pep Guardiola avait alors le regard dans le vague, sans solution face aux erreurs de ses protégés.

Mais le pire était encore à venir. Davies traversait tout le terrain, puis trompait Bravo d'une pichenette (3-0, 79). Puis, la recrue du mercato en provenance de Charlton (D3), le jeune Ademola Lookman (19 ans) humiliait les "Citizens" pour son premier match avec Everton, quelques instants après son entrée en jeu (4-0, 90+4).

"C'est affreux pour mes joueurs", a réagi sur Sky Sports un Guardiola désemparé. "C'est dur pour les joueurs de gérer cette situation. J'ai dit aux joueurs qu'ils avaient fait des choses fantastiques cette saison, mais qu'ils n'ont pas toujours eu ce qu'ils méritaient. Mais tous les managers peuvent dire ça."