Liverpool a porté à 16 points son avance en tête du championnat d'Angleterre en battant Manchester United (2-0) dimanche, pour la 23e journée, au terme d'un match digne de la rivalité féroce entre les deux clubs.

Toujours aussi impitoyables, les Reds ont enregistré leur 21e succès en 22 matches et ont même une rencontre en retard à disputer avec la réception de West Ham programmée le 29 janvier.

Manchester City accroché samedi par Crystal Palace (2-2) et Leicester, renversé en début d'après-midi par Burnley (2-1) qui avait perdu ses quatre derniers matches, cèdent encore du terrain.

Ce 204e "derby du nord-ouest" a basculé sur un marquage trop lâche de Brandon Williams, une erreur qui ne pardonne pas quand elle est commise au profit de Virgil van Dijk, qui a catapulté de la tête un corner alors que le premier quart d'heure de jeu n'était pas encore achevé (1-0, 14e).

Capable de hisser son niveau de jeu dans les grands rendez-vous, Manchester United a souvent tenu tête au leader, malgré les absences de trois de ses meilleurs éléments, celle de Marcus Rashford, en attaque, étant venue s'ajouter au dernier moment à celles de Paul Pogba et Scott McTominay au milieu.

Sur leurs temps forts, les Reds auraient dû creuser l'écart par Sadio Mané (45e), provoquant un arrêt du pied magnifique de David de Gea, puis par Mohamed Salah seul aux six mètres (48e) mais qui a raté le cadre ou par Jordan Henderson qui a trouvé le poteau (49e), après une déviation du portier espagnol.

Un but de Roberto Firmino aurait aussi pu être accordé à la 25e minute de jeu, si la VAR n'avait pas considéré que le léger contact, sur un ballon en cloche, de Van Dijk sur De Gea était fautif.

Mais il leur a fallu attendre le temps additionnel et les assauts désespérés de United en fin de match pour tuer tout suspense par Salah, sur une passe décisive du gardien Alisson Becker (2-0, 90+3).

United peut pourtant être presque frustré de ne pas repartir avec un point comme lors du match aller, qui reste à ce jour la seule rencontre de championnat où les hommes de Jürgen Klopp n'ont pas levé les bras au coup de sifflet final.

Juste avant l'heure de jeu, Anthony Martial avait notamment eu une énorme occasion, mais sa frappe à sept mètres de la cage était allée se perdre dans le ciel d'Anfield.

Leicester trébuche face à Burnley

Après avoir mené et raté un pénalty, Leicester a chuté chez Burnley (2-1) qui avait perdu ses quatre derniers matches de championnat, dimanche, lors de la 23e journée de Premier League.

Les Foxes peuvent se mordre les doigts de ce résultat: avec le nul de Manchester City contre Crystal Palace (2-2) et la défaite de Chelsea dans le temps additionnel à Newcastle, samedi, ajouté au déplacement de Manchester United dans la soirée à Liverpool, ils avaient un boulevard pour faire une excellente opération dans la course à la Ligue des champions.

Troisième avec 45 points, le champion d'Angleterre 2016 reste à 2 longueurs des Citizens et conserve tout de même un matelas provisoire mais confortable de 11 points sur United (5e).

Ce match a résumé toutes les difficultés des hommes de Brendan Rodgers depuis quelques semaines.

Peu d'actions tranchantes, un Jamie Vardy qui ne marque plus - à l'image de ce pénalty tiré sans grande conviction et repoussé par Nick Pope à 1-1 (69e) - et une défense qui, si elle reste la deuxième d'Angleterre derrière celle de Liverpool, n'est plus aussi impériale que lors de la phase aller.

Les deux buts des Clarets - par Chris Wood qui a profité d'un surnombre sur un corner (1-1, 56e) et par Ashley Westwood d'une frappe puissante après un centre mal dégagé (2-2, 79e) - ont semblé évitables.

Leicester avait pourtant pris les devants sur une belle percée solitaire de Harvey Barnes, après une récupération de balle sur la ligne médiane (0-1, 33e).

Mais faute d'avoir su vraiment prendre la maîtrise du match, il a laissé revenir une équipe qui joue sa survie. Burnley est 14e avec 27 points, soit 5 d'avance sur la zone rouge.